Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    «Absurdité totale»: la délégation norvégienne en Crimée fustige les sanctions antirusses

    © Sputnik . Alexei Malgavko
    Russie
    URL courte
    18871

    La Crimée est une partie légitime de la Russie, estime l’homme d’affaires norvégiens Hendrik Weber, qui a séjourné sur la péninsule pendant six jours à la tête d’une délégation norvégienne.

    Hendrik Weber, chef d'une délégation d'hommes d'affaires norvégiens qui s'est rendue en Crimée, trouve que la péninsule est une composante légitime de la Russie.

    «Ma position est suffisamment claire et nette», a-t-il déclaré, ajoutant que les droits de l'homme n'avaient pas été violés pendant le référendum (sur le rattachement à la Russie, ndlr).

    M.Weber a signalé que la situation commençait à changer, bien que les autorités norvégiennes se tiennent à la position officielle sur l'appartenance de la Crimée.

    Il a également exprimé son point de vue sur les sanctions antirusses.

    «Pour moi, les sanctions sont une absurdité totale, nous devons en finir avec elles sans délai. Les pays européens souffrent à cause des sanctions. Cela casse des emplois, détruit des entreprises et cause du tort dans différents domaines», a-t-il fait savoir.

    Il a affirmé que la politique de sanctions était dénuée de tout sens.

    «C'est une décision purement politique, une décision qui a été visiblement adoptée à Washington», a-t-il conclu.

    Une délégation norvégienne s'est rendue en Crimée le 30 septembre pour une visite de six jours. Cette délégation, composée de personnalités publiques, de scientifiques, d'hommes d'affaires et d'agriculteurs norvégiens a participé à des rencontres dans différentes régions de la péninsule.

    Lire aussi:

    Tensions à Paris après la victoire de l'Algérie, les forces de l'ordre utilisent des gaz lacrymogènes
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Engloutie par les flammes, la station spatiale chinoise quitte son orbite – vidéo
    Tags:
    délégation, visite, référendum, sanctions, Hendrik Weber, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik