Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau US

    Sortie du Traité FNI, le «rêve américain d’un monde unipolaire» se réalisera-t-il?

    © Sputnik . Maxim Blinov
    Russie
    URL courte
    16332

    Alors que Donald Trump a annoncé que les États-Unis allaient se retirer du Traité russo-américain sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), la raison principale de cette décision serait de réaliser «le rêve d'un monde unipolaire» qui ne se concrétisera d’ailleurs pas, selon une source diplomatique russe.

    Les États-Unis avanceraient depuis longtemps vers la sortie du Traité russo-américain sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) car Washington aspirerait à instaurer un monde unipolaire, a déclaré à Sputnik une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

    «La raison principale est le rêve d'un monde unipolaire. Se réalisera-t-il? Non», a souligné la source.

    Qui plus est, le sénateur russe Frants Klintsevich a annoncé que cette initiative de Donald Trump n'était pas une surprise pour Moscou, «bien que nous espérions que le bon sens prévaudrait».

    «Il est clair que les États-Unis ne disposent d'aucun élément de preuve indiquant que la Russie aurait violé les termes de l'accord», a poursuivi M.Klintsevich.

    Selon lui, cette décision, prise sans tenir compte des intérêts des alliés européens des États-Unis, est «un reflet direct de la stratégie de mouvements vifs que les États-Unis ont toujours suivie sur la scène internationale au cours des dernières années.» 

    Qui plus est, il s'agit d'un défi lancé non seulement à la Russie mais également au monde entier.

    «Ils veulent que nous, comme l'Union soviétique à une époque, soyons entraînés dans une course aux armements. Cela ne fonctionnera pas. Je ne doute pas que notre pays sera en mesure de garantir sa sécurité en toute circonstance», a conclu le sénateur.

    Le 20 octobre, Donald Trump a déclaré que les États-Unis allaient se retirer du Traité russo-américain sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) expliquant cette décision par la violation présumée du traité par la Russie.

    Donald Trump
    © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    Sergueï Lavrov avait précédemment indiqué que Moscou avait des questions sérieuses à poser aux États-Unis à propos de certains «écarts» que les Américains se permettaient en appliquant ce Traité.

    Signé le 8 décembre 1987 par le Président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev, le Traité FNI visait à détruire en trois ans les missiles d'une portée de 500 à 5.500 km. En mai 1991, les conditions prévues par l'accord avaient été remplies: l'Union soviétique avait détruit plus de 1.700 missiles balistiques et de croisière basés au sol, et Washington 859. Conclu pour une durée indéterminée, le Traité permet à chacune des parties de le quitter en justifiant l'indispensabilité de son geste. Depuis 30 ans, Moscou et Washington ne cessent d'échanger des piques, s'accusant mutuellement de violer le document et menaçant de s'en retirer.

    Lire aussi:

    Le conseiller de Trump chercherait à le persuader de se retirer du Traité FNI
    Berlin appelle les USA à réfléchir sur les conséquences d’un retrait du Traité FNI
    Les USA «dans une impasse»: Gorbatchev sur leur éventuel retrait du Traité FNI
    Tags:
    monde unipolaire, nucléaire, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik