Russie
URL courte
161310
S'abonner

Les mesures que Washington emploient à l’égard des sociétés russes ont été qualifiées de «malhonnêtes» par le ministre russe des Affaires étrangères. Selon lui, ce n’est pas seulement la Russie mais aussi les alliés des États-Unis qui souffrent de leurs conséquences.

Les États-Unis continuent d'exercer une «pression inédite» sur la Russie, en tentant d'évincer les grandes entreprises russes des marchés étrangers, a déclaré vendredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d'une réunion du Conseil d'affaires auprès du ministère.

«La concurrence sur les marchés étrangers continuera de s'accentuer, la Russie étant soumise à une pression inédite. Les moyens les plus malhonnêtes sont employés à notre encontre, dont l'application extraterritoriale de la législation nationale», a-t-il précisé.

Selon M.Lavrov, ces mesures visent à «limiter le champs d'action économique extérieure» et à «freiner le développement social et économique» de la Russie. Il a ajouté que Moscou entendait renforcer sa coopération avec les pays de l'Union économique eurasiatique, les membres des Brics et de l'Organisation de coopération de Shanghai.

«Le chantage et les ultimatums sont devenus une marque de Washington, non seulement dans les relations avec la Russie mais aussi avec ses propres alliés… [Nous devons, ndlr] utiliser au maximum les possibilités que nous donne notre participation dans différents processus d'intégration en Asie-Pacifique», a-t-il ajouté.

La porte-parole du département d'État Heather Nauert a déclaré début novembre que les États-Unis envisageaient de durcir leurs sanctions contre Moscou en lien avec l'affaire Skripal. Elle a précisé que Washington agirait en conformité avec la loi américaine sur l'élimination de l'usage militaire des armes chimiques et biologiques de 1991 (CBW Act).

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
concurrence, grandes entreprises, sanctions, Organisation de coopération de Shanghai (OCS), BRICS, Sergueï Lavrov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook