Ecoutez Radio Sputnik
    Solenne Horellou

    Cette Française est partie pour enseigner le français en Sibérie et… ne le regrette pas!

    © Photo. Solenne Horellou
    Russie
    URL courte
    Anna Dedkova
    16715

    Tout abandonner et partir enseigner à des enfants yakoutes dans un village perdu en Sibérie? C’est le choix de Solenne Horellou, qui a parlé à Sputnik de sa vie, de l’âme russe, des différences entre les mentalités européenne et russe, des stéréotypes vrais et faux sur la Russie et des «longs hivers extrêmes» qui sont «très rudes».

    «Pour moi, la Russie était un rêve de longue date», dit à Sputnik Solenne Horellou, qui a quitté la France pour vivre pendant quelques mois dans un village éloigné en Yakoutie, où les températures atteignent actuellement les —32°C.

    Auparavant, la Française a visité la Russie à trois reprises. En septembre dernier, elle est arrivée en Yakoutie pour travailler comme enseignante au lycée de français du village de Krest-Kytyl. Solenne a trouvé l'offre d'emploi sur des sites pour les enseignants souhaitant travailler à l'étranger. Au fil des années elle a vu que ce lycée cherchait des professeurs de français pour une période de trois mois, et cette année, elle a eu le courage d'entreprendre ce périple.

    Outre ses amis russes qui l'ont poussée à découvrir leur pays, Solenne voulait véritablement en savoir plus sur cette contrée et ses habitants car elle avait discerné des différences entre les mentalités européenne et russe. Pour elle, il s'agit de différences, par exemple dans les relations entre les hommes et les femmes, à propos du mariage, sur l'égalité des sexes et la perception de l'homosexualité dans la société.

    «En Russie, c'était toujours très drôle pour moi d'entendre mes amies me dire que je ne dois pas ouvrir les bouteilles de vin parce que je suis une femme et que cette tâche est réservée aux hommes. En France, personne ne dira rien. Je répondais toujours avec humour à mes amies russes que j'ouvre les bouteilles sûrement parce que je suis plus rapide que tous les hommes autour», raconte-t-elle.

    Le village de Krest-Kytyl, aussi petit qu'il soit, se trouve au beau milieu de la République de Sakha (Yakoutie). Chaque matin, la Française se lève au meuglement des vaches, de son propre aveu: «vivant dans un village où je ne connais personne, plus que la vie urbaine, c'est la vie sociale qui me manque. J'aime beaucoup sortir, rencontrer des gens, or au village, à part aller à l'école, je passe la plupart de mon temps à la maison. Mais, d'un autre côté, je découvre la vie yakoute rurale, et c'est passionnant. Il y a plein de chevaux dans le village».

    Elle parle en français avec ses collègues professeurs de français et russe avec les autres. Personne ne parle anglais à l'école. «Je préfère éviter de parler russe avec mes élèves car sinon ils ne font pas l'effort d'essayer de me comprendre. Mais parfois j'utilise le russe. Ce que nous faisons en classe est simple. Les élèves manquent surtout de pratique orale, donc c'est ce que j'essaye de faire au maximum. Entre eux, professeurs et élèves parlent yakoute», raconte-elle.

    Mais comment cette étrangère supporte-t-elle le gel sibérien? Elle a déjà expérimenté des températures allant jusqu'à —30°C, au Minnesota, en Biélorussie et à Togliatti, en Russie, mais «ce n'est pas comparable avec les températures sibériennes, qui plus est yakoutes».

    «Voir et comprendre comment les Yakoutes se préparent pour le "vrai" hiver est très intéressant. Je découvre de nouvelles choses chaque jour. Par exemple, en ce moment, les gens de mon village découpent des blocs de glace dans les eaux glacées de la Lena. Ceux-ci sont ensuite entassés partout dans le village et serviront pour l'approvisionnement en eau lorsque l'eau des robinets ne pourra plus être utilisée à cause des températures trop froides. Je ne savais pas qu'une telle chose existait!», raconte-elle.

    Посмотреть эту публикацию в Instagram

    Good morning from Yakutia;)

    Публикация от Solenne Horellou (@solennehorellou) 9 Ноя 2018 в 6:18 PST

    Solenne supporte très bien le froid et se balade souvent, mais «cela va sûrement changer très bientôt». «Pour moi, cela est fascinant car c'est nouveau et temporaire. Mais je pense que vivre avec des températures aussi extrêmes est fatiguant et usant au quotidien, voire inhumain. Ces longs hivers extrêmes sont très rudes», déclare-t-elle.

    La Russie et les Russes l'ont toujours fascinée. Vivre en Russie pendant un an, il y a de cela 6 ans, dans une ville de province comme Togliatti, lui a permis de découvrir ce qu'est «la vraie Russie» car à Moscou ou à Saint-Pétersbourg, son expérience aurait été toute autre.

    «J'ai adoré vivre à Togliatti car je pense que c'est une ville typique de Russie, industrielle, pas forcément très belle esthétiquement, mais fonctionnelle, multiculturelle, construite près de la nature. Les gens étaient simples, accueillants, avec une vie simple, et leur humilité et leur gentillesse m'ont beaucoup impressionnée. J'ai toujours été très bien accueillie, partout, par tout le monde, que ce soit par les couchsurfeurs qui m'ont hébergée, que par les chauffeurs qui m'ont prise en auto-stop», raconte l'enseignante.

    Comparant sa vie en Yakoutie et à Togliatti, elle estime que c'est un peu différent à cause de l'hiver car il y fait très froid et les gens préfèrent rester chez eux. À Togliatti, elle est allée avec ses amis russes cueillir des kilogrammes de champignons dans la forêt en automne, faire du vélo au printemps, a appris à cuisiner des pelmenis, à faire des shashliks, est allée dans des datchas, s'est lavée dans des banias, et s'est baignée dans la Volga à l'occasion de la Théophanie.

    Посмотреть эту публикацию в Instagram

    Made 50;)

    Публикация от Solenne Horellou (@solennehorellou) 7 Ноя 2018 в 2:30 PST

     

    Посмотреть эту публикацию в Instagram

    Foal shashlik;)

    Публикация от Solenne Horellou (@solennehorellou) 12 Окт 2018 в 10:24 PDT

     

    «La Russie est un pays gigantesque, le plus grand au monde, avec différentes nationalités, cultures, régions. Sa découverte est infinie. Il y a encore tellement d'endroits où j'aimerais aller en Russie, plus particulièrement à l'est», révèle-t-elle.

    Répondant à la question des stéréotypes sur les Russes, Solenne déclare que la Russie est un pays si vaste qu'il est difficile de faire des généralités.

    «Je pense que les problèmes d'alcool sont bien réels en Russie. En Yakoutie, l'alcool est un gros problème, et le gouvernement et les Yakoutes ont vraiment pris des mesures très importantes pour lutter contre ce fléau. Par exemple, dans mon village, comme dans beaucoup de villages de la République, il n'y a pas d'alcool en vente».

    «Par contre, il y a des stéréotypes que je veux réfuter. Beaucoup d'étrangers pensent qu'il fait TOUJOURS froid en Russie, qu'on peut voir des ours dans les rues, que tout le monde boit de la vodka du matin ou soir, que la mafia russe sévit partout… C'est totalement faux!»

    Lire aussi:

    Une de ces 30 beautés deviendra la Miss France 2019 (photos sensuelles)
    Victoria's Secret Fashion Show 2018: ces jeunes filles vont enflammer le podium (photos)
    Les véhicules les plus bizarres au monde sur le circuit de Nürburgring (vidéo)
    Tags:
    vie, Iakoutie, Sibérie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik