Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministère russe des Affaires étrangères

    La Russie a les moyens d’assurer sa sécurité si les USA rompent le FNI, selon Lavrov

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Russie
    URL courte
    Traité FNI (128)
    9332

    La Russie n’ignorera pas l’apparition de nouveaux missiles américains en cas de rupture par les États-Unis du Traité sur les Forces nucléaires à portée intermédiaire et pourra renforcer davantage son potentiel de défense, a confié à Sputnik le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    L'apparition de nouveaux missiles américains en cas de rupture par Washington du Traité sur les Forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) ne restera pas sans réponse de Moscou, qui pourrait renforcer davantage son potentiel de défense, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères dans un entretien avec Sputnik.

    Selon le ministre, la Russie est convaincue que le démantèlement du Traité FNI aura de graves conséquences pour la sécurité internationale et la stabilité stratégique.

    «Force nous est d'avertir: nous n'allons pas et ne pourrons pas ignorer l'apparition de nouveaux missiles américains représentant une menace pour nous et nos alliés. Il ne doit pas y avoir de doutes sur le fait que nous disposons des moyens nécessaires pour assurer notre sécurité et que nous sommes également en mesure de renforcer davantage notre potentiel de défense», a signalé Sergueï Lavrov.

    «Cependant la Russie, comme tout autre pays raisonnable, n'est pas intéressée par la course aux armements et par de nouvelles crises des missiles», a-t-il ajouté.

    Selon lui, si aux États-Unis des forces peuvent encore profiter de cette pause prise par Washington pour chercher un moyen de sauver le traité, «nous y sommes prêts».

    M.Lavrov a rappelé que la Russie appelait les États-Unis à renoncer aux tentatives de chantage et de propagation d'accusations infondées afin de favoriser une coopération constructive et concrète visant à dissiper les préoccupations réciproques. Il a ajouté que lors du sommet russo-américain du 16 juillet dernier à Helsinki, la partie russe avait remis aux Américains des propositions concrètes portant sur l'examen approfondi des problèmes liés à la stabilité stratégique et au contrôle des armements.

    «À notre grand regret, nous ne constatons pas de volonté d'entente de la part des États-Unis. Ils fuient le dialogue, ils ne proposent aucune garantie, préférant, visiblement, garder les mains libres», a-t-il souligné.

    Début décembre, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que la Russie disposait de deux mois pour «revenir au respect» du traité FNI. Il a ajouté que dans le cas contraire, Washington suspendrait la réalisation de ses engagements dans le cadre du traité.

    La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu'elle accomplissait ses responsabilités dans le cadre du Traité FNI. Le ministre russe des Affaires étrangères a en outre fait remarquer que Moscou avait des questions à poser à Washington. La partie russe souligne que les États-Unis déploient sur terre, notamment sur ses bases militaires en Roumanie et en Pologne, des installations capables de lancer des missiles de croisière de type Tomahawk ce qui est interdit selon le Traité. La Russie a également souligné le fait que Washington développait des drones d'attaque et finançait des recherches sur la création d'un missile de croisière basé au sol.

    Dossier:
    Traité FNI (128)

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Tags:
    rupture, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Sergueï Lavrov, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik