Ecoutez Radio Sputnik
    Saïf al-Islam Kadhafi

    Moscou considère que le fils de Kadhafi a le droit de participer aux élections en Libye

    © AP Photo / Dario Lopez-Mills
    Russie
    URL courte
    15473
    S'abonner

    Moscou estime que personne ne doit être privé du droit de participer aux élections, a annoncé à Sputnik le vice-ministre russe des Affaires étrangères, commentant l’information selon laquelle le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, aurait demandé à Vladimir Poutine de lui accorder un soutien politique.

    Selon la position de Moscou, personne ne doit être privé du droit de participer à la présidentielle en Libye et le fils de l'ancien dirigeant libyen, Saïf al-Islam Kadhafi, et ses partisans doivent faire partie du processus politique en Libye, a déclaré à Sputnik le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov.

    «Nous soutenons tout le monde. Nous partons du fait que personne ne doit être isolé et exclu d'un processus politique constructif. C'est pourquoi nous gardons contact avec tous les groupes qui, au plan territorial, se trouvent dans l'ouest, dans l'est et dans le sud», a déclaré M.Bogdanov.

    «Cette société est historiquement tribale ce qui signifie que la position des différentes tribus revêt une grande importance. C'est pourquoi je pense que le docteur Saïf al-Islam et ses partisans, à savoir certaines tribus dans certaines régions du pays, doivent faire partie intégrante du même processus politique avec la participation des autres forces politiques qui se trouvent à Tobrouk, à Tripoli ou à Misrata», a-t-il répondu à la question de savoir si le fils de Mouammar Kadhafi avait demandé l'assistance de Moscou et si cette assistance lui serait accordée.

    Début décembre, un coordinateur de l'équipe politique de Saïf al-Islam Kadhafi a déclaré à Sputnik être arrivé à Moscou avec une lettre de ce dernier et sa feuille de route de règlement libyen conforme aux efforts de l'Onu.

    Lev Dengov, le chef du groupe de contact russe sur le règlement libyen, avait précédemment annoncé à Sputnik en marge de la conférence de Palerme sur la Libye que Saïf al-Islam Kadhafi participait aux processus de règlement et entretenait des contacts réguliers avec la Russie. Il a ajouté que ce dernier était frappé de sanctions par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité.

    Le fils de Mouammar Kadhafi n'est pas apparu en public depuis sa libération de prison dans la ville libyenne de Zentan, en juin 2017, dans le cadre de l'amnistie générale décrétée par le parlement libyen.

    L'instabilité règne en Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011, chassé du pouvoir par une insurrection soutenue par une coalition militaire internationale à l'initiative de la France et appuyée par l'Otan. Depuis, le pays est partagé entre deux centres de pouvoir, situés à Tripoli et à Tobrouk. L'absence de pouvoir central a transformé le pays en plaque tournante de la contrebande et du transit des migrants entre l'Afrique et l'Europe.

    Tags:
    feuille de route, élection présidentielle, ONU, Mikhaïl Bogdanov, Saïf al-Islam Kadhafi, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik