Ecoutez Radio Sputnik
    L'immeuble de Magnitogorsk touché par une explosion de gaz le 31 décembre 2018

    De nouveaux corps retrouvés dans les ruines de l’immeuble effondré à Magnitogorsk (photos)

    © Sputnik . ministère russe des Situations d'urgence
    Russie
    URL courte
    126

    Neuf corps ont été retrouvés par des secouristes déployés sur le lieu de l’effondrement d’un immeuble résidentiel à Magnitogorsk suite à une explosion de gaz, a annoncé le ministère des Situations d'urgence. 37 personnes restent toujours portées disparues.

    Neuf morts ont été retrouvés dans les décombres d'un immeuble d'habitation dont une partie s'est effondrée lundi suite à une explosion de gaz, a déclaré à Sputnik une source au sein du ministère des Situations d'urgence de la région de Tcheliabinsk.

    Sept corps ont été retirés des ruines tandis qu'un huitième mort reste inaccessible pour les secouristes.

    L'accident a en outre fait cinq blessés qui sont hospitalisés, tandis que 37 personnes sont toujours portées disparues.

    Une explosion de gaz s'est produite le 31 décembre, vers 4 heures du matin, dans un immeuble de la ville russe de Magnitogorsk, à 1.400 kilomètres à l'est de Moscou. 26 appartements où résidaient 46 personnes se sont effondrés. Au total, 120 personnes vivaient dans le périmètre de l'effondrement, selon le ministère des Situations d'urgence.

    Le comité d'enquête de la Fédération de Russie a ouvert une enquête pénale concernant l'effondrement de cet immeuble en vertu de l'article sur la cause de la mort par négligence.

    Le 2 janvier a été déclaré jour de deuil dans la région de Tcheliabinsk.

    Lire aussi:

    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    La Chine poursuit son offensive dans les Balkans et fait trembler Bruxelles
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    explosion de gaz, gaz, effondrement, immeuble, Russie, Magnitogorsk
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik