Ecoutez Radio Sputnik
    L'immeuble de Magnitogorsk touché par une explosion de gaz le 31 décembre 2018

    Plus d’une dizaine de corps retrouvés dans les décombres après l’explosion de Magnitogorsk

    © Sputnik . ministère russe des Situations d'urgence
    Russie
    URL courte
    135

    Deux nouveaux corps ont été retrouvés mercredi après la tragédie survenue le 31 décembre à Magnitogorsk, dans l’Oural. Une trentaine d’autres personnes sont toujours portées disparues alors qu’un froid glacial règne dans la ville.

    Les secouristes ont retrouvé deux nouveaux corps sans vie sous les décombres d'un immeuble dévasté le 31 décembre par une explosion de gaz à Magnitogorsk, dans l'Oural, a annoncé mercredi le porte-parole du siège régional du ministère des Situations d'urgence.

    Le bilan s'établit ainsi à 11 morts. Une trentaine d'autres personnes sont toujours portées disparues alors qu'un froid glacial règne dans la ville depuis plusieurs jours.

    À ce stade, les secouristes ont démonté les constructions qui présentaient un risque d'effondrement avant de poursuivre les opérations de recherche. Les travaux ont été menés en hauteur, nécessitant beaucoup d'efforts et de temps de la part des sauveteurs.

    Mardi, un bébé de 11 mois a été retrouvé vivant sous les décombres, alors que les températures dans la ville oscillent entre —25°C et —15°C.

    Une explosion de gaz s'est produite le 31 décembre, vers 4 heures du matin, dans un immeuble de la ville russe de Magnitogorsk, à 1.400 kilomètres à l'est de Moscou. 26 appartements où résidaient 46 personnes se sont effondrés. Au total, 120 personnes vivaient dans le périmètre de l'effondrement, selon le ministère des Situations d'urgence.

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    La Chine prête à l’«option nucléaire» dans sa guerre commerciale avec les États-Unis
    Tags:
    explosion de gaz, opération de recherche, Magnitogorsk, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik