Russie
URL courte
7110
S'abonner

Cet habitant de la ville russe de Magnitogorsk, dans l’Oural, est né coiffé: malgré l’heure encore très matinale, il a quitté son appartement quelques minutes avant l’explosion qui a provoqué l’effondrement partiel d’un immeuble d’habitation. Voici son témoignage.

«J’ai levé les yeux vers mon appartement – il se trouvait au 9e étage – il n’y a tout simplement plus rien. J’ai compris que si je n’étais pas sorti, je serais maintenant mort», raconte aujourd’hui Evgueni Iourtchenko, cet habitant de l’immeuble résidentiel de Magnitogorsk qui s’est effondré le 31 décembre vers 6h00 du matin (heure locale) en raison d’une déflagration provoquée, selon des données préliminaires, par une fuite de gaz.  

«Je suis sorti à 5h45. J’ai descendu les escaliers et je n’ai senti aucune odeur de gaz, bien que je n’aie pas de problèmes olfactifs. Je suis sorti et me suis dirigé vers mon garage. Une explosion a retenti. L’explosion a été telle que j’ai sursauté, une vibration a secoué la terre», raconte le jeune homme aux journalistes. 

Mais il n’a alors pas compris ce qui était arrivé. Au volant de sa voiture, il a voulu retourner devant l’entrée de son immeuble, mais n’a pas pu. 

«Je n’ai pas compris ce qui s’était passé parce qu’il y avait beaucoup de monde, tout était en désordre et la neige était sale. Dans l’air s’élevait le nuage gris de poussière», c’est ainsi qu’il décrit cette matinée affreuse. 

Il avoue avoir mal dormi la nuit et un pressentiment l’a poussé, comme il l’affirme, à quitter son appartement juste avant la tragédie. 

Une explosion s'est produite le 31 décembre, vers 6 heures du matin, dans un immeuble de la ville russe de Magnitogorsk, à 1.400 kilomètres à l'est de Moscou, provoquant l’effondrement d’une entrée. Au total, 120 personnes vivaient dans le périmètre de l'effondrement, selon le ministère des Situations d'urgence. Selon une version préliminaire, il s’agit d’une explosion du gaz. Pour le moment, les corps de 28 personnes ont été sortis des décombres et 14 autres ont été hospitalisées. 

Lire aussi:

Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Tags:
témoignage, victimes, explosion, Russie, Oural, Magnitogorsk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook