Ecoutez Radio Sputnik
    Vladímir Poutine visite un hôpital pour enfants atteints du cancer à Saint-Pétersbourg

    Le doigt de Poutine devient un sujet d'actualité en Russie (photos)

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    Russie
    URL courte
    21762

    L’intérêt éveillé chez les journalistes par un doigt bandé de Vladimir Poutine, venu assister à la messe de Noël orthodoxe dans la Cathédrale de la Transfiguration à Saint-Pétersbourg, était tel qu’il a fallu que le porte-parole du Kremlin en fournisse l’explication.

    Vladimir Poutine est arrivé à la messe de Noël dans la Cathédrale de la Transfiguration de Saint-Pétersbourg avec un doigt bandé, ce qui a été aussitôt remarqué par les journalistes.

    Leurs nombreuses questions ont obligé le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, à les rassurer.

    «Il s'est simplement coupé le doigt, comme cela peut arriver à n'importe qui», a expliqué M.Peskov.

    Sur les photos prises par Sputnik le 6 janvier, pendant la visite de Vladimir Poutine dans un hôpital pour enfants atteints du cancer, on peut voir clairement le pouce bandé de sa main gauche.

    Vladímir Poutine visite un hôpital pour enfants atteints du cancer à Saint-Pétersbourg
    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    Vladímir Poutine visite un hôpital pour enfants atteints du cancer à Saint-Pétersbourg

     

     

     

    Vladímir Poutine visite un hôpital pour enfants atteints du cancer à Saint-Pétersbourg
    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    Vladímir Poutine visite un hôpital pour enfants atteints du cancer à Saint-Pétersbourg

    Pour assister à la messe de Noël, le Président russe s'est rendu dans la cathédrale où il avait été baptisé en 1952.

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Au concours de bikini, elle se présente dans une tenue pas comme les autres - photos
    Tags:
    Noël, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Saint-Pétersbourg
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik