Russie
URL courte
191063
S'abonner

Vladimir Poutine, la veille du Jour du défenseur de la Patrie, célébré le 23 février en Russie, a expliqué pourquoi les modèles d’armes russes sont uniques au monde, estimant que cette situation perdurerait pendant des décennies.

D'après Vladimir Poutine, il n'existe pas encore d'équivalents aux armements russes et cela durera encore longtemps.

«Vous savez que nous accordons la priorité à l'équipement des troupes avec les armes les plus récentes, les moyens modernes de contrôle et de communication. Nos modèles d'armes n'ont pas d'analogues au monde actuellement, et je crois que cela sera encore le cas pour longtemps», a-t-il déclaré au Kremlin avant le concert dédié au Jour du défenseur de la Patrie.

Le Président a souligné que cela résultait des mesures systématiques et successives du gouvernement, des recherches intensives et effectives des scientifiques, des constructeurs et des militaires.

«Leur réalisation unique est la base du développement réussi de l'armée et de la flotte pour les décennies à venir, et donc de la sécurité et de la paix pour le monde et pour la Russie, pour notre développement dynamique et florissant», conclut-il.

De nombreux événements sont prévus pour la célébration de ce jour férié: le dépôt d'une gerbe par Vladimir Poutine sur la tombe du Soldat inconnu, des feux d'artifice et des exercices militaires.

L'histoire de cette fête remonte à l'époque soviétique, où elle a d'abord été nommée Jour de l'armée et de la marine de l'Union soviétique puis Jour de l'Armée rouge.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Deux militaires turcs tués dans une frappe à Idlib, 114 cibles syriennes éliminées dans une contre-attaque
Tags:
armée, défense, développement, militaires, armements, armes, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook