Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministère russe des Affaires étrangères

    Moscou tacle la demande de l’Otan et de l’UE de restituer la Crimée à l’Ukraine

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Russie
    URL courte
    276112

    L’Union européenne et l’Otan doivent cesser de faire de la «politicaillerie» et écouter «la voix des Criméens» qui, il y a cinq ans, se sont prononcés démocratiquement pour le retour de la péninsule dans le giron de la Russie, selon le ministère russe des Affaires étrangères.

    Il est temps pour l'UE et l'Otan de cesser de faire de la «politicaillerie» et de reconnaitre le choix démocratique fait par la population de Crimée et de Sébastopol, indique un commentaire du ministère russe des Affaires étrangères concernant la déclaration de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, faite à l'occasion du 5e anniversaire de la réunification de la Crimée et de la ville de Sébastopol avec la Russie, ainsi que celle du Conseil de l'Otan sur le même sujet.

    «Les déclarations absurdes d'après lesquelles la citoyenneté russe et la conscription dans l'armée russe ont été "imposées" aux habitants de la péninsule témoignent de l'incompréhension complète de l'état d'esprit des Criméens. Les propos sur la détérioration de la situation écologique en Crimée représentent une tentative avortée d'inventer des exemples négatifs», indique le document publié sur le site du ministère des Affaires étrangères.

    Entre-temps, l'UE et l'Otan ferment les yeux sur les actions de Kiev et des nationalistes ukrainiens qui «ont coupé l'approvisionnement de la Crimée en eau et en électricité», poursuit le document, spécifiant que «les deux institutions tentent de punir les habitants de Crimée pour leur choix et inventent de nouvelles mesures discriminatoires non sélectives qui sont contraires aux normes du droit international et violent leurs droits».

    Il s'agit notamment des discriminations qu'ils subissent en matière d'octroi de visas, ce qui est contraire à la fois aux standards internationaux dans le domaine des droits de l'homme et aux documents fondamentaux de l'UE, signale le ministère russe des Affaires étrangères.

    «S'étant persuadé de la vanité des sanctions antirusses, Bruxelles appelle néanmoins les pays membres de l'Onu à répéter la même erreur et à introduire des mesures restrictives unilatérales contre la Russie, lesquelles sont contraires au droit international», note le texte.

    Quant à l'Otan, l'Alliance estime qu'en mars 2014 Moscou «a annexé la Crimée de façon illégale et illégitime», raison pour laquelle le gouvernement russe doit restituer le contrôle de la péninsule à l'Ukraine. Une telle déclaration a été publiée par la porte-parole de l'Otan, Oana Lungescu. L'Alliance est préoccupée par la violation des droits de l'homme en Crimée, l'accroissement des forces armées sur la péninsule et l'arrestation de marins ukrainiens suite à l'incident de novembre 2018 dans le détroit de Kertch.

    La Crimée, rattachée à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954, à l'époque de l'URSS, a réintégré la Russie à la suite d'un référendum organisé en mars 2014. 96,77% des habitants de la péninsule ont voté pour le rattachement. L'Ukraine ne reconnaît pas les résultats du plébiscite et continue à considérer ce territoire comme le sien.

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    réunification, OTAN, Union européenne (UE), Oana Lungescu, Federica Mogherini, Sébastopol, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik