Russie
URL courte
7321
S'abonner

Le Président russe a qualifié d’«arbitraire» le verdict d’un tribunal de Washington prononcé contre Maria Boutina, reconnue coupable de collusion et condamnée à un an et demi de prison. Selon Vladimir Poutine, la justice américaine a tenté de «sauver la face».

En déplacement en Chine pour le Forum sur la Nouvelle route de la soie, Vladimir Poutine a dénoncé ce samedi 27 avril la décision de la justice américaine de condamner la ressortissante russe Maria Boutina à 18 mois de prison.

«Le ministère des Affaires étrangères a déjà commenté la condamnation de 18 mois de [Maria] Boutina et je pense qu'on peut lire dans ce commentaire qu'il s'agit d'une décision arbitraire. C'est vrai. On ne sait pas exactement pourquoi elle a été condamnée, quelle crime elle a commis», a-t-il déploré.

Le dirigeant russe estime que la justice américaine a ainsi tenté de «sauver la face». Selon lui, Washington n'a «rien à reprocher» à Maria Boutina.

Détenue depuis plus de neuf mois aux États-Unis, Mme Boutina a été reconnue coupable de «collusion» visant à «promouvoir les intérêts de la Russie».

Dans un communiqué publié sur son site, la diplomatie russe a qualifié ce verdict de «politiquement motivé». Selon le ministère russe, elle a été condamnée «puisqu'elle est citoyenne russe».

Auparavant Maria Boutina, arrêtée en juillet dernier aux USA, avait reconnu avoir cherché à ouvrir, dès 2015, «des canaux de communication officieux avec des Américains influents» au profit des autorités russes. Sans ces aveux, elle aurait encouru une peine plus lourde.

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Une femme soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de Nancy Pelosi
Des prédateurs jusque-là inconnus découverts au large de l’Australie
Tags:
jugement, prison, Maria Boutina, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook