Russie
URL courte
«Prison aux baleines» dans l'Extrême-Orient russe (11)
6620
S'abonner

Une séquence diffusée par l’Institut russe d’océanographie retrace le trajet parcouru par les camions et un bateau sur lesquels ont été chargés deux orques ainsi que six bélougas, entassées depuis des mois dans des bassins dans l'Extrême-Orient russe.

L’Institut russe d’océanographie a publié une vidéo montrant la transportation et la remise en liberté du premier groupe de cétacés après plusieurs mois passés dans des bassins dans l'Extrême-Orient russe. Deux orques et six bélougas ont été relâchés jeudi 27 juin en mer d'Okhotsk.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от VNIRO (@vniro_life)

Plusieurs écologistes d’organisations citoyennes avaient plus tôt reproché à l’Institut un manque de transparence au sujet des sociétés impliquées dans le transport des animaux marins.

La séquence diffusée sur le compte Instagram de l’établissement de recherche retrace le trajet parcouru par des camions sur lesquels ont été chargés les cétacés, l’embarquement des conteneurs sur un bateau et le transfert des mammifères le long du fleuve Amour.

La diffusion en février de photographies de 11 orques et 93 bélugas présents depuis l'été dans des petits bassins près de Nakhodka, dans l'Extrême-Orient russe, pour être vendus à l'étranger avait déclenché une vague de protestations en Russie comme à l’étranger. Une enquête a été ouverte pour pêche illégale et maltraitance d’animaux. La remise à l'eau de ces mammifères marins a été annoncée à la mi-juin lors d'une session de questions-réponses de Vladimir Poutine à la télévision.

Dossier:
«Prison aux baleines» dans l'Extrême-Orient russe (11)

Lire aussi:

«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
Tags:
mer d'Okhotsk, Extrême-Orient, baleines, orques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook