Ecoutez Radio Sputnik
    L'usine Yamal GNL (image d'illustration)

    Une société française décroche un contrat gazier «majeur» en Russie

    © Sputnik . Evguebi Odinokov
    Russie
    URL courte
    9217
    S'abonner

    «D’une valeur consolidée» de 7,6 milliards de dollars, un accord a été conclu entre le groupe gazier russe Novatek et la société franco-américaine TechnipFMC, a annoncé cette dernière le 23 juillet.

    L’entreprise du secteur de l’énergie TechnipFMC a signé un contrat «majeur» avec le groupe gazier russe Novatek et ses partenaires pour trois terminaux gaziers en Sibérie occidentale, a annoncé TechnipFMC dans un communiqué diffusé sur son site.

    7,6 milliards de dollars

    La valeur de l’accord est de 7,6 milliards de dollars, ce montant représente plus de la moitié du chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise franco-américaine en 2018. D’après TechnipFMC, le contrat concerne «l’ingénierie, la fourniture des équipements et la construction auprès de Novatek et de ses partenaires» de trois terminaux dans le cadre du projet de gaz naturel liquéfié Arctic LNG 2.

    «Le projet comprendra trois trains de gaz naturel liquéfié (GNL), d’une capacité de 6,6 millions de tonnes par an chacun et qui seront installés sur trois plateformes gravitaires en béton», a indiqué Nello Uccelletti, président des activités onshore et offshore de TechnipFMC, cité dans le communiqué. Et de détailler:

    «Ce projet est une reconnaissance du savoir-faire et des compétences de nos équipes, ainsi que de leur capacité à mener à bien les projets les plus ambitieux et innovants

    Selon l’entreprise franco-américaine, elle réalisera ce projet «sur une base clé en main et remboursable».

    Total participe aussi au projet

    Arctic LNG 2 est un projet de Novatek prévoyant la production de gaz naturel liquéfié dans le nord de la Sibérie. Pour rappel, en 2018, le groupe français Total a signé un contrat lui assurant une prise de participation de 10% dans ce projet.

    Tags:
    gaz, contrat, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik