Ecoutez Radio Sputnik
    Une voiture autonome de Yandex

    L'équivalent russe de Google s'apprête à lancer «au moins 100 voitures» autonomes - vidéos

    © Sputnik . Irina Dmitrieva
    Russie
    URL courte
    Par
    5574
    S'abonner

    Le projet des voitures sans chauffeur du géant russe Yandex avance à grands pas: après des tests aux États-Unis et en Israël, plusieurs dizaines de véhicules circulent sur les routes russes et des tests en Europe et en Afrique sont aussi possibles, a annoncé à Sputnik Artiom Fokine, directeur du développement des voitures autonomes chez Yandex.

    Au moins une centaine de voitures autonomes Yandex circuleront sur les routes de Russie dès septembre ou octobre, soit plus tôt que prévu, et le groupe pourrait envisager de lancer une coopération dans ce domaine avec des sociétés françaises, a déclaré à Sputnik Artiom Fokine, directeur du développement des voitures autonomes de l’entreprise.

    Artiom Fokine, directeur pour le développement des voitures autonomes de Yandex
    © Sputnik . Irina Dmitrieva
    Artiom Fokine, directeur pour le développement des voitures autonomes de Yandex

    Selon le responsable, «beaucoup de choses ont changé» depuis le lancement du projet, en mai 2017. Yandex a déjà testé 26 voitures autonomes dont six ont déjà été homologuées et immatriculées. La société dispose en outre de plusieurs autres voitures chargées de recueillir des données.

    «Au total, nous avons assemblé 37 véhicules qui sont soit à l’étape d’essais, soit ont passé des tests mais n’ont pas encore été immatriculés. Nous avançons vers notre objectif d’avoir au moins 100 véhicules sur les routes avant la fin de 2019 […]. Nous allons même surpasser cet objectif, parce que nous aurons 100 véhicules dès septembre ou octobre», a détaillé M.Fokine.

    Des voitures qui roulent 24/7

    Le nombre de spécialistes techniques engagés dans le projet a considérablement augmenté en deux ans. À présent, 200 personnes travaillent sur le projet «et ce ne sont que des ingénieurs», a-t-il précisé.

    Une voiture autonome de Yandex au centre de Moscou (archive photo)
    © Photo. Yandex
    Une voiture autonome de Yandex au centre de Moscou (archive photo)

    «Nous sommes intéressés à ce que nos voitures roulent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et elles le font, sous le contrôle d’un pilote. Il faut donc prévoir quatre conducteurs par voiture. Un pilote ne peut pas travailler pendant plus de six heures, alors que la voiture doit rouler sans interruption», a déclaré M.Fokine.

    Une voiture autonome de Yandex
    © Sputnik . Irina Dmitrieva
    Une voiture autonome de Yandex

    En plus, un polygone spécial a été aménagé dans la région de Moscou, où les voitures vides roulent 24 heures sur 24. Les images de ces tests sont transmises en temps réel sur les écrans des spécialistes de Yandex.

    «Nous les envoyons sur le polygone où nous avons simulé un milieu urbain: des maisons, des passages à niveau, des intersections, des feux de circulation […]. Chaque voiture nous transmet une vidéo et nous pouvons y voir comment elle roule alors qu’il n’y a personne dedans. La nuit, les gens qui travaillent sur ce polygone, vont se coucher, alors que les voitures roulent toujours», a révélé M.Fokine.

    Une voiture autonome Yandex avec un producteur français?

    Pour l’instant, le parc de voitures autonomes Yandex comprend des Toyota Prius et de nouveaux modèles de Hyundai Sonata. À la question de savoir si Yandex était prêt à collaborer avec d’autres producteurs automobiles, notamment avec ceux de France, M.Fokine a déclaré que cela dépendait «plutôt des producteurs français»:

    «Pour l’instant, nous n’avons pas d’accords avec des sociétés françaises sur le développement de voitures autonomes. Mais nous sommes ouverts à cette coopération et si elles manifestent de l’intérêt, nous serons prêts à collaborer avec les sociétés françaises».

    «N’importe quel véhicule peut être transformé en véhicule autonome», selon M.Fokine, mais il doit disposer des modules électroniques requis pour y connecter le système de conduite sans pilote Yandex. Il faut donc que le producteur se montre prêt à collaborer avec les concepteurs du système pour adapter son véhicule.

    Les capteurs LiDAR d'une voiture autonome de Yandex
    © Sputnik . Irina Dmitrieva
    Les capteurs LiDAR d'une voiture autonome de Yandex

    «Nous commençons donc par les véhicules de sociétés qui sont prêtes à nous aider», a expliqué le directeur.

    Un taxi-robot déjà en service dans une ville russe

    Prié de comparer la technologie des voitures sans pilote créées par Yandex à celles de concurrents potentiels, M.Fokine a relevé qu’il y avait peu de sociétés à avoir déjà lancé un taxi-robot, alors que Yandex l’a déjà fait à Innopolis, une ville satellite de Kazan, au Tatarstan, qui abrite une université et une zone économique libre.

    À Innopolis, «on peut appeler un taxi sans pilote via une application spéciale et avoir une voiture où personne ne sera au volant […]. C’est le seul transport en commun à Innopolis».

    Certes il y a toujours un ingénieur assis sur le siège passager avant, mais la voiture roule toute seule, selon lui.

    Qui plus est, les passagers de ce taxi peuvent se servir du coffre du taxi-robot.

    L'ordinateur de bord d'une voiture autonome de Yandex
    © Sputnik . Irina Dmitrieva
    L'ordinateur de bord d'une voiture autonome de Yandex

    «Notre ordinateur occupe la section du coffre destinée à la roue de secours. Pour de nombreuses autres sociétés -à en juger d’après les photos publiées-, tout le coffre des voitures sans pilote est occupé par des composants électroniques, alors que notre coffre est disponible pour les passagers. Et ils en profitent en y mettant des poussettes ou des vélos», a ajouté M.Fokine.

    Des voitures autonomes Yandex en Europe ou en Afrique?

    Yandex a déjà testé ses voitures autonomes aux États-Unis et en Israël. Il est aussi prêt à le faire en Europe ou en Afrique pour améliorer sa technologie, mais «tout dépend des règlements», d’après M.Fokine.

    «La législation européenne est plus conservatrice, mais si nous comprenons qu’un pays a créé des conditions pour lancer la production d’automobiles sans chauffeur, nous pouvons envisager la possibilité d’y tester nos voitures […]. Nous pouvons aussi venir en Afrique, s’il y a des normes appropriées et l’infrastructure requise», a indiqué le représentant de Yandex.

    Et ce n’est pas l’état des routes qui importe, mais la présence d’un Internet à haut débit.

    «La voiture doit pouvoir télécharger les données accumulées pendant ses séances d’essai à nos serveurs. Nous les analyserons pour améliorer la technologie», a expliqué M.Fokine.

    Yandex a lancé son projet de voiture autonome en mai 2017, affirmant utiliser du matériel sur mesure et des composants de marché de masse généralement disponibles pour les prototypes. Depuis, il a parcouru un long chemin, avec des tests à l’étranger, sur un polygone et hors-circuit.

    Des voitures autonomes de Yandex
    © Photo. Yandex
    Des voitures autonomes de Yandex

    «Dans trois ou cinq ans nous serons techniquement prêts à lancer des voitures sans pilote pleinement fonctionnelles sur les routes d’une mégalopole, Moscou ou autre», a conclu le responsable de Yandex.

    Tags:
    Innopolis, ordinateur de bord, Hyundai Sonata, Toyota Prius, Artiom Fokine, Hyundai, informatique, Europe, France, États-Unis, Israël, Afrique, Russie, Yandex, voiture autonome
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik