Ecoutez Radio Sputnik
    Espace

    Les États-Unis refusent de livrer des composants pour le télescope russe Spektr-M

    © Sputnik . Alexandre Ankov
    Russie
    URL courte
    3024132
    S'abonner

    Une entreprise britannique a refusé de livrer à la Russie des fibres de carbone pour l’observatoire astrophysique spatial Spektr-M après qu’elle a été rachetée par un Américain. La situation a été sauvée par un fournisseur japonais.

    Une entreprise britannique a arrêté les livraisons à la Russie des fibres de carbone destinées au télescope spatial Spektr-M après qu’elle a été acquise par un homme d’affaires américain, a annoncé la directrice de l’Institut de physique Lebedev, Larissa Likhatcheva, ajoutant que la situation avait été sauvée par un fournisseur japonais. 

    «Avant 2012, nous avons coopéré avec une entreprise anglaise qui nous fournissait des fibres de carbone haut module pour les panneaux de l’antenne du Spektr-M. Après l’entreprise a été rachetée par des Américains qui nous ont bercé de vaines promesses pendant un an», a-t-elle indiqué.

    Mme Likhatcheva a ajouté que l’Institut de physique avait alors réussi à s’entendre avec le groupe japonais Sumitomo, lequel avait délivré une licence de vente de fibres de carbone à l’Institut de recherches en matériaux pour l’espace et l’aviation.

    Elle a signalé qu’il ne s’agissait pas de l’unique obstacle créé par les fournisseurs américains.

     «Il y a eu des problèmes avec certaines puces uniques. Les fournisseurs nous disent de jolies choses, mais n’envoient rien. Nous avons déjà trouvé par quoi remplacer certaines de ces puces», a-t-elle noté.

    L’observatoire Spektr-M équipé d’un télescope spatial de 10 mètres est destiné à l’étude de l’espace. Grâce à lui, les chercheurs comptent obtenir des données sur la structure globale de l’Univers, sur la composition et l’évolution des galaxies, de leurs noyaux, étoiles et systèmes planétaires, ainsi que sur la poussière spatiale, sur des composés organiques situés dans l’espace et sur des objets possédant de puissants champs électromagnétiques et gravitationnels.

    Le lancement  de l’observatoire n’est pas prévu avant 2027, la date exacte dépendant du financement.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik