Russie
URL courte
Par
29605
S'abonner

Le Tupolev Tu-144, concurrent russe du Concorde, et donc l’un des deux avions de ligne supersoniques, a arrêté son service commercial, laissant derrière lui un riche héritage à l’ingénierie aéronautique. Vassili Pankratyev, qui a joué un rôle central dans la restauration de l’avion, revient sur ce patrimoine.

Il a atterri au carrefour de la ville de Joukovski, dans une banlieue de Moscou… Le Tu-144 est devenu un laboratoire volant, mais aussi un monument, de 60 mètres de long pour 120 tonnes, en faisant ainsi un gardien de la mémoire. Après deux graves accidents, au Salon du Bourget et dans l’oblast de Moscou, à Iegorievsk, il a été retiré du service.

  • Installation du Tu-144 restauré, été 2019
    Installation du Tu-144 restauré, été 2019
    © Photo. Fondation Légendes de l’aviation
  • Installation du Tu-144 restauré au carrefour à l'entrée de la ville de Joukovski
    Installation du Tu-144 restauré au carrefour à l'entrée de la ville de Joukovski
    © Photo. Fondation Légendes de l’aviation
  • Tu-144 restauré
    Tu-144 restauré
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Les habitants de la ville de Joukovski sont venus célebrer l'inauguration du Tu-144 restauré
    Les habitants de la ville de Joukovski sont venus célebrer l'inauguration du Tu-144 restauré
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
  • Le Tu-144 restauré repose sur trois pieds
    Le Tu-144 restauré repose sur trois pieds
    © Sputnik . Ekaterina Yanson
1 / 5
© Photo. Fondation Légendes de l’aviation
Installation du Tu-144 restauré, été 2019

Le fondateur de la fondation Légendes de l’aviation et l’un des initiateurs du projet de restauration du Tu-144, Vassili Pankratyev, dresse la liste des spécificités du jumeau du Concorde franco-britannique.

Fin de l’exploitation commerciale

«Le programme du Tu-144 a été arrêté non pas parce qu’il y avait quelque chose qui clochait dans sa construction, mais parce qu’un accident a eu lieu. Après la catastrophe au Bourget, l’avion a été considéré comme dangereux à cause de sa vitesse, de sa puissance, et de sa taille», précise-t-il pour Sputnik.

«Deuxièmement, il n’était économiquement pas rentable de dépenser autant en carburant. À une telle vitesse, l’avion consommait trop de carburant. Le billet était trop coûteux.»

Le Tu-144 restauré ouvert au public
© Sputnik . Ekaterina Yanson
Le Tu-144 restauré ouvert au public

Ces conclusions tirées, le programme a été arrêté. Or, dans les années qui ont suivi, «[les ingénieurs] ont beaucoup utilisé ce qui avait été élaboré à l’époque pour les avions supersoniques, dont s’occupe actuellement [en Russie] TsAGI (Institut central d'aérohydrodynamique)».

Caractéristiques à emprunter

Parmi les spécificités précieuses de la conception du Tu-144, Vassili Pankratyev cite notamment les alliages utilisés, les moteurs et certains éléments de la construction qui permettaient d’atterrir et décoller à une grande vitesse.

«Des alliages spéciaux avaient été longuement élaborés pour que l’avion puisse résister aux températures qu’il rencontrait pendant le vol. Ensuite, on se concentre sur ses moteurs qui produisaient la vitesse nécessaire et dont on va s'inspirer pour l'avenir de l'aéronautique», affirme-t-il.

«Lors de l’atterrissage, il faut réduire la vitesse jusqu’à un certain niveau. […] Et en décollant, l’avion doit atteindre une certaine vitesse afin de monter dans le ciel», poursuit-il, tandis que la vitesse maximale du Tu-144 était de 2.340 kilomètres par heure. «Ce sont les éléments de la construction qui permettent de le faire, les volets et volets à recul qui aident l’avion à s’envoler.»

«Ce qui est surtout important, souligne-il, c’est la forme de l’avion qui permet de minimiser le frottement avec la résistance aérodynamique. La forme doit être juste, mais aussi élégante — la forme de l’aile, du fuselage, des raccords… Tout cela est emprunté à cet avion», conclut M.Pankratyev.

Sa vitesse de croisière

Le neveu du pilote soviétique Alexeï Blagovechtchenski, Vladimir Nossov, met en avant le fait que le Tu-144 «était un avion unique au monde capable de maintenir une vitesse de croisière élevée pendant tout le trajet. Une fois à 11 kilomètres d'altitude, il naviguait à la vitesse de croisière tout le long du vol, ce qu'on n'a jusqu'ici pas réussi à recréer».

Le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Kouzma Vapsinov appartient à la génération de ceux qui ont mené les tous premiers essais de l’avion:

«J’ai travaillé au TsAGI, nous avons testé les modèles des avions en circuits aérodynamiques», se souvient-il, lui aussi venu assister à la cérémonie d’inauguration du Tu-144 restauré. «Cette machine, on l’a testée, on a vérifié toutes ses caractéristiques et que tout tournait parfaitement.»

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
ingénieurs, ingénierie, aéronautique, vitesse, avion supersonique, avions, avions de ligne, Joukovski, Russie, Moscou, restauration, Tu-144
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook