Russie
URL courte
293
S'abonner

Après que la société civile a pris la défense d’un jeune acteur jugé pour avoir agressé un sergent des forces antiémeute lors d’une manifestation, la commissaire russe pour les droits de l'Homme a demandé que lui soient présentés les éléments de l’affaire. Elle compte les examiner plus en détails.

Après que l’affaire Pavel Oustinov, jeune acteur qui a été jugé pour avoir attaqué un policier antiémeute lors d’une manifestation, a connu un grand retentissement au sein de l’opinion publique, la commissaire russe pour les droits de l'Homme, Tatiana Moskalkova, a décidé d’entamer l’examen du dossier.

Mme Moskalkova a annoncé avoir demandé des documents concernant l’affaire Oustinov. En outre, elle a indiqué qu’elle pourrait saisir le parquet après l’examen de ces éléments.

«J’ai reçu des appels, mais ils n’ont pas de dossiers. Je viens de demander des documents qui pourraient m’aider à étudier ce sujet plus en détails, à rendre mes conclusions et à formuler une requête appropriée au parquet», a indiqué aux journalistes la commissaire russe.

Selon Mme Moskalkova, c’est une pratique très rare lorsque le tribunal refuse d’introduire des vidéos dans une affaire. Pourtant, la séquence montrant l’interpellation de Pavel Oustinov a été partagée sur Internet. Le jeune homme a indiqué qu’il attendait un ami près de la sortie du métro avec son téléphone portable entre les mains et ne participait pas à cette manifestation lorsqu'il a été interpellé.

Plusieurs dizaines d’acteurs connus ont lancé une mobilisation sur les réseaux sociaux en soutien à leur collègue Pavel Oustinov.

Auparavant, lundi 16 septembre, la justice moscovite a condamné à trois ans et demi de colonie pénitentiaire Pavel Oustinov, jugé pour avoir agressé un policier antiémeute lors d’une action de protestation non autorisée qui a eu lieu le 3 août dans le centre de Moscou.

Selon les informations sur l’affaire, un sergent des forces antiémeute (OMON) a interpellé l’un des manifestants, lequel était Oustinov, qui «violait l’ordre public et est un membre actif des troubles de masses». Ainsi, le policier s’est luxé l’épaule car, d’après le témoignage du fonctionnaire, l'interpellé tentait de résister. L’accusé plaide non coupable.

L’affaire a suscité un grand émoi au sein de la société à l’image d’un scénario similaire qui s’est déroulé quelques mois auparavant. Le journaliste Ivan Golounov avait été arrêté et accusé de vendre «une quantité importante» de cocaïne et de méphédrone, pourtant, trois jours après, le ministre russe de l’Intérieur a annoncé la levée des poursuites contre lui en raison de charges insuffisantes à son encontre.

Les soutiens de Pavel Oustinov affirment vouloir se rendre au tribunal pendant la procédure de recours de cette affaire.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Naufrage économique mondial à venir? Un célèbre investisseur suisse craint des révolutions
Détonation entendue à Paris: pourquoi l’avion de chasse a-t-il été mobilisé?
Tags:
affaires, défense, tribunal, interpellation, manifestation, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook