Russie
URL courte
5310
S'abonner

La politique des États-Unis et de certains de leurs alliés dans la région du Golfe, laquelle a besoin de stabilité, conduit, au contraire, à la déstabilisation, selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

Les actions des États-Unis et de leurs alliés dans le Golfe doivent avoir un fondement juridique et contribuer à la stabilisation dans la région, a annoncé Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères en commentant l’intention de Washington de former une coalition internationale pour patrouiller dans le Golfe.

«Nous avons déjà maintes fois répondu à cette question. Nous partons du fait que toutes les mesures prises dans la région doivent avoir pour but majeur la stabilisation de la situation. À notre grand regret, la politique appliquée par les États-Unis et plusieurs autres États ne conduit pas à ce résultat, son résultat est contraire. Il n’y a aucune stabilité supplémentaire ou stabilisation de la situation. Il n’y a que de la déstabilisation», a-t-elle déclaré lors d’un point de presse.

La diplomate a noté que les mesures prises en ce sens devraient reposer sur une base juridique et viser à améliorer et à stabiliser la situation dans la région.

Tensions irano-américaines

Les tensions irano-américaines dans la région du Golfe sont montées d’un cran après que l’Iran a arraisonné le pétrolier britannique Stena Impero dans le détroit d’Ormuz, un acte par lequel Téhéran a répondu à l’arraisonnement du pétrolier iranien Grace 1 au large de Gibraltar par la police et les douaniers de ce territoire britannique.

Projet de coalition internationale

L’agence japonaise Kyodo a annoncé en se référant à une source proche de l’affaire que lundi 16 septembre, les États-Unis avaient présenté à 28 pays alliés et partenaires, dans le cadre d’une réunion à Bahreïn, leur plan de création d’une coalition maritime censée protéger la navigation dans le Golfe.  

Selon la même information, Donald Trump envisage de déployer à partir du mois de novembre 55 navires dans le golfe Persique, à proximité de la côte iranienne dans le cadre de l’Operation Sentinel.

Malgré les pressions des États-Unis, seuls quatre pays, à savoir l'Australie, Bahreïn, le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite, ont accepté de rejoindre l’opération.

La France et l’Allemagne, alliés clés des États-Unis, n’ont pas participé à la réunion à Bahreïn, apparemment afin de se distancer de Donald Trump.

Attaques de drones

Samedi 14 septembre, des installations de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco ont été prises  pour cibles par des drones à plus d’un millier de kilomètres de Sanaa, la capitale du Yémen.

Les États-Unis ont imputé à l’Iran ces attaques revendiquées par les Houthis yéménites.

La République islamique rejette formellement ces accusations en les qualifiant d’«insensées».

Lire aussi:

Importante flambée des hospitalisations en France pour la première fois en plus de deux mois
Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
20 pompiers accusés de viols sur une adolescente: la mère de Julie enrage contre la justice
Le bras droit de Raoult assure que tout s'améliore à Marseille et ne comprend pas la décision du gouvernement
Tags:
coalition, Maria Zakharova, Golfe persique, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook