Ecoutez Radio Sputnik
    le porte-parole du ministère Igor Konachenkov

    La Russie dément le «scoop» du New York Times sur des frappes visant des hôpitaux en Syrie

    © Sputnik . Alexander Vilf
    Russie
    URL courte
    17391
    S'abonner

    La publication parue dans le New York Times qui rapporte des frappes de l’aviation russe contre des hôpitaux en Syrie relève de la manipulation par les terroristes et les services de renseignement britannique, affirme le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    En affirmant que des hôpitaux syriens ont été pilonnés par l’aviation russe, le New York Times est tombé dans le piège tendu par les terroristes et les services de renseignement britanniques, estime le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    «La Défense russe a pris connaissance de la publication du journal américain New York Times sur les frappes que les chasseurs russes auraient portées sur des "hôpitaux" syriens. En tout premier lieu, je voudrais exprimer mes regrets à un média sérieux d’être devenu victime de manipulations de la part des terroristes et des services de renseignement britanniques», a-t-il déclaré.

    Le général Konachenkov souligne que le niveau de vie réel dans la zone de désescalade d’Idlib, qui se trouve sous le contrôle des terroristes du Front al-Nosra*, diffère radicalement de ce que pensent et affirment des journalistes du New York Times. Selon lui, la population de la région ne se soucie que de sa survie et non de l’accès aux moyens de communication, tels que les scanners radio modernes et les ordinateurs avec accès à Internet.

    «Les appareils onéreux et le logiciel spécialisé montrés dans la vidéo font partie des outils de renseignement du système d’alerte aérien de la compagnie américaine Hala Systems», détaille-t-il.

    M.Konachenkov précise que le déploiement de ce système et la mise au point des postes d’observation dans le gouvernorat d’Idlib sont réalisés sous le contrôle des spécialistes du renseignement militaire britannique depuis août 2016. Tous ces postes sont exploités par des Casques blancs et financés par le trésor britannique.

    Il a en outre indiqué que les coordonnées des cibles n’étaient pas communiquées aux pilotes russes via les fréquences libres et donc «les soi-disant preuves présentées par le New York Times ne valent même pas le papier sur lequel elles ont été imprimées».

    Information du New York Times

    Dimanche 13 octobre, le New York Times a publié les résultats d’une enquête affirmant que les avions russes avaient bombardé quatre hôpitaux d’Idlib les 5 et 6 mai.

    Le quotidien américain attribue ces attaques à Moscou et dit se baser sur des enregistrements radio russes, des données recueillies par des observateurs du trafic aérien et des récits de témoins. Le journal affirme qu’elles font partie d’une des plus importantes campagnes de bombardements d’hôpitaux menées par le régime du Président Bachar el-Assad.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    démenti, hôpital, bombardements, Idlib
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik