Ecoutez Radio Sputnik
    Le projet de Pavel Abramov

    À 9 ans, ce Russe crée des portraits d’animaux et les échange contre de la nourriture pour un refuge animalier – images

    © Photo. De quoi est capable un petit volontaire
    Russie
    URL courte
    Par
    7710
    S'abonner

    «Il a voulu montrer aux adultes que la taille d'un cœur généreux ne dépend pas de l'épaisseur du portefeuille». Sans formation artistique, Pavel Abramov, neuf ans, s’est lancé dans la peinture de portraits d’animaux de compagnie pour les échanger contre de la nourriture et des fournitures pour un refuge. Sa mère raconte l’initiative à Sputnik.

    Comment combiner amour de la peinture et aide aux animaux? Pavel Abramov, un garçon russe de neuf ans, sait parfaitement répondre à cette question. Originaire de la ville russe d’Arzamas, il peint sur commande de beaux portraits d’animaux de compagnie. Toutefois, il ne les vend pas pour de l’argent. Il les échange contre de la nourriture et des médicaments qu'il donne ensuite à l'unique refuge animalier de sa ville, lequel abrite une centaine de chiens.

    Dans une interview à Sputnik, la mère du jeune bénévole, Ekaterina Bolchakova, parle de leur projet commun «De quoi est capable un petit volontaire?» et de l’initiative «Gentil pinceau» qu’ils ont lancés l’année dernière, après la mort de leur chat Barsik.

    Naissance du projet

    «Pavel est l'inspirateur des idées de tous les aspects du projet. Il y en avait beaucoup, mais c’est "Gentil pinceau" qui a su s’imposer par sa popularité. On l’a lancé alors que nous étions fatigués de démarcher et de présenter nos idées à différentes autorités et organisations, nous nous sommes mis à faire ce que nous pouvions faire avec nos propres moyens. Pavel a suggéré d’échanger ces peintures contre de la nourriture et d’autres fournitures indispensables pour le refuge. Ainsi, il a voulu montrer aux adultes que la taille d'un cœur généreux ne dépend pas de l'épaisseur du portefeuille», raconte Ekaterina.

    L’objectif principal de ce projet n’est pas de faire la promotion du talent de mon garçon mais d’attirer l’attention de l’opinion publique sur la cause animalière, souligne-elle.

    Dans le cadre de cette action, la famille a échangé près de 50 œuvres contre 700 kilogrammes de nourriture et de médicaments pour le refuge. La mère de ce garçon plein de talent insiste sur le fait qu’ils ne vendent jamais les portraits, mais les échangent toujours.

    Rencontres avec les modèles

    Pavel, qui dessine depuis l’âge de quatre ans et envisage de faire des études artistiques, s’attache aux modèles de ses portraits. Non seulement il connaît leurs noms, mais il remet souvent lui-même l’œuvre aux propriétaires de l’animal. «Les aspects les plus positifs, ce sont les rencontres avec les clients et leurs animaux de compagnie», raconte la mère du garçon.

    Ekaterina a avoué que la famille venait déjà de décrocher une petite «victoire»: le début de travaux de restauration du refuge.

    «Aussi, ils ont enfin commencé à réparer le refuge! Nous pleurons de joie! Nous ne nous étions pas rendu compte de ce qu’un petit volontaire était capable de faire», souligne Ekaterina, notant que cela fait huit ans que le refuge travaille sans qu’aucun volontaire adulte n’ait atteint cet objectif.

    Générosité au-delà des frontières

    Les peintures du jeune artiste ont déjà traversé les frontières russes. Des œuvres de Pavel ont été envoyées en Espagne et en Allemagne et les commandes arrivent d’autres pays.

    Leur groupe «De quoi est capable un petit volontaire?», sur le réseau social russe VK, partage les actualités du projet, du refuge et les commandes. Quant à la description de leur page, il fait chaud au cœur: «C’est le chemin d’une petite personne sensibilisée qui veut être utile et apporter de la générosité au monde, guider les autres. Il veut montrer par son exemple que même une petite personne peut être extrêmement utile si elle le veut vraiment.»

    Tags:
    peinture, peintre, Russie, refuge, animaux, chiens
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik