Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    «Dès que l’Otan guérira...»: Lavrov plaisante sur les déclarations de Macron parlant de «mort cérébrale» de l'Otan

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Russie
    URL courte
    21972
    S'abonner

    Emmanuel Macron a le droit de s’exprimer sur l’état de l’Otan car il est chef d’État de l’un de ses pays membres, selon le ministre russe des Affaires étrangères.

    Sergueï Lavrov a commenté les propos du Président français sur la «mort cérébrale» de l’Otan, signalant ironiquement qu’en ce qui concerne le côté médical il ne voudrait pas «engager une polémique quant aux diagnostics».

    «Si le Président Macron a senti qu’on était en présence de ce diagnostic, il a le plein droit de l’énoncer. Il connaît l’Otan beaucoup mieux que moi parce qu’il représente un pays qui est un des membres de l’Alliance atlantique», a ironisé le chef de la diplomatie russe.

    Il a signalé que conformément à sa doctrine de politique étrangère, la Russie était intéressée par une coopération égale en droits et mutuellement avantageuse avec l’Otan.

    «C’est pourquoi dès que l’Otan "guérira", nous ne nous ferons pas attendre», a-t-il ajouté.

    Macron face au désengagement des États-Unis

    Dans son interview à The Economist, Emmanuel Macron, qui avait précédemment prôné la création d’une armée européenne, a affirmé que l’Otan était en état de «mort cérébrale», justifiant sa déclaration par le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l'Alliance et du comportement de la Turquie, elle aussi membre. Selon lui, «ce qu’il s'est passé est un énorme problème pour l'Otan».

    Il faut «clarifier maintenant quelles sont les finalités stratégiques de l'Otan», a-t-il souligné.

    Commentaire du Kremlin

    La déclaration du Président français a été également commentée par le porte-parole du Kremlin.

    «Si l’Otan est morte ou vivante et quelles sont les parties de son corps en état comateux, ce n’est pas à nous de le décider, nous ne sommes pas des médecins légistes», a souligné Dmitri Peskov.

    Tags:
    OTAN, Emmanuel Macron, Sergueï Lavrov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik