Ecoutez Radio Sputnik
    Oleg Sokolov lors d'une reconstitution historique

    Un historien russe de Napoléon, titulaire de la Légion d'honneur, soupçonné d’avoir démembré son ex-étudiante

    © Sputnik . Alexandre Pachine
    Russie
    URL courte
    Meurtre commis par un historien russe, titulaire de la Légion d'honneur (8)
    28870
    S'abonner

    La police de Saint-Pétersbourg a arrêté samedi 9 novembre un homme qui avait dans son sac à dos deux bras de femme sectionnés. Il s’agit de l’historien décoré de la Légion d'honneur Oleg Sokolov et sa victime, une ex-étudiante, a annoncé à Sputnik une source policière. L’homme a plaidé coupable.

    Un homme âgé de 63 ans a été sorti, samedi 9 novembre, des eaux de la rivière Moïka, dans le centre-ville de Saint-Pétersbourg. Son sac à dos contenait deux bras de femme et un pistolet d'alarme, selon les données du Comité d'enquête de Russie.

    L’homme a été emmené à l’hôpital souffrant d’hypothermie, ont précisé les médias. Le Comité d’enquête de Russie a ouvert une enquête pour meurtre.

    Une source au sein de la police a déclaré à Sputnik qu’il s’agissait de l’historien Oleg Sokolov, professeur à l’université de Saint-Pétersbourg. Alors qu’il se trouvait à l’hôpital, les policiers se sont rendus à son domicile où ils ont découvert un corps de femme démembré, ainsi qu’une scie couverte de sang. Toujours selon la même source, la victime est Anastassia Iechtchenko, une ex-étudiante du professeur, avec qui il a co-écrit plusieurs travaux scientifiques. Ils étaient en couple et habitaient l'appartement d'Oleg Sokolov sur le quai de la Moïka où a été découvert le corps de la femme. Selon certaines informations parues dans la presse, elle aurait été tuée avec un fusil le 7 novembre, par jalousie

    Oleg Sokolov s'est dénoncé et a reconnu les faits en plaidant coupable, a annoncé son avocat Alexandre Potchouïev.

    «Il a rédigé une confession et est passé aux aveux», a-t-il déclaré.

    Après avoir assassiné la femme, Oleg Sokolov avait l’intention d’enfiler un uniforme de l’époque de Napoléon et de se suicider dans la forteresse Pierre-et-Paul, sous les yeux des habitants de la ville et des touristes, indiquent certains médias.

    Les plongeurs viennent de découvrir au fond de la Moïka une partie des restes de la jeune femme, ont indiqué les médias. Au cours des dernières heures, ils ont remonté à la surface des sacs où se trouvent, selon toute vraisemblance, ses jambes.

    Le frère de la victime a déclaré pour sa part que la jeune femme s’était plainte du comportement d’Oleg Sokolov. Elle devait aller à l’anniversaire d’un ami, mais le professeur l’en avait empêchée et l’avait rouée de coups par jalousie.

    Il se sert d’une scie

    Selon d’autres, l’homme a reçu chez lui des amis le lendemain. Le corps avait été caché et les invités ne se sont douté de rien. Oleg Sokolov aurait déclaré aux enquêteurs que, pour se débarrasser du corps, il avait acheté une scie pour couper d’abord les jambes de sa bien-aimée. Comme la scène lui faisait mal au cœur, il aurait pris de l’alcool en qualité d’«antidote». Son ivresse a failli lui être fatale: quand il est revenu au bord de la rivière pour y jeter cette fois les bras de sa victime, il est tombé à l’eau, résument les médias.

    Il faut dire que l’historien s’est retrouvé à plusieurs reprises au centre de scandales. Ainsi, un auditeur lui avait posé une question sur son conflit avec un autre historien qui avait critiqué Oleg Sokolov et ses conclusions scientifiques. Par la suite, il a accusé son opposant de plagiat. Ce qui avait débouché sur plusieurs actions en justice et une guerre ouverte. La question a rendu Oleg Sokolov fou de rage et il a exigé que l’étudiant soit mis à la porte. L’année dernière, plusieurs médias ont annoncé qu’une autre ex-étudiante du professeur s’était adressée à la police après avoir été tabassée par l’homme qui l’avait menacée de la défigurer avec un fer à repasser.

    Oleg Sokolov était membre du conseil scientifique de l'Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep), mais un communiqué de l'établissement vient d'annoncer que sa fonction de membre du conseil scientifique lui était retirée.

    Décoré en 2003 de la Légion d'honneur en France, il a eu un rôle de conseiller sur plusieurs films historiques et écrit plusieurs livres consacrés à Napoléon.

    Dossier:
    Meurtre commis par un historien russe, titulaire de la Légion d'honneur (8)

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Israël envisage de frapper l’Iran pour l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire
    Tags:
    meurtre, crimes, Saint-Pétersbourg, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik