Ecoutez Radio Sputnik
    Grande mosquée d'Alep

    Des touristes russes commencent à se rendre en Syrie pour y passer les vacances

    © Sputnik . Flora Moussa
    Russie
    URL courte
    6273
    S'abonner

    Huit ans après le début de la crise politique, la Syrie souhaite redevenir une destination touristique. Et deux agences de voyages russes ont déjà lancé la vente de visites organisées à travers le pays, où s’est déjà rendue une cinquantaine de personnes.

    Deux agences russes ont commencé à organiser des voyages en Syrie. Bien que l’afflux de touristes soit encore faible, une cinquantaine de personnes ont déjà visité le pays.

    Plusieurs visites ont notamment été réalisées par l’agence Kilimanjaro. Lors de ces excursions de huit jours, les voyageurs visitent Damas, Alep, Hama, le château Krak des Chevaliers, Homs, Palmyre et Maaloula. Ils atterrissent d’abord à Beyrouth, capitale du Liban, puis rejoingnent la Syrie par la route.

    La société Mirakle propose également des visites en Syrie avec entre autres une excursion à Seidnaya. Cependant, le régime de dispense de visa ne s’applique pas aux touristes russes. Ainsi, un visa syrien doit être obtenu à la frontière moyennant la somme de 35 dollars (31 euros).

    Des vacances coûteuses et dangereuses

    Le coût du voyage auprès de l’agence Kilimandjaro s’élève à 1.950 dollars (1.760 euros), hors des billets d’avion, contre 107.500 roubles (1.520 euros), billets d’avions inclus, chez Mirakle.

    Les voyagistes ont précisé que des séjours en Syrie avaient déjà eu lieu, mais qu'en raison de l'instabilité politique, les excursions touristiques avaient été suspendues. Cette année est celle de la reprise après une interruption de huit ans.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    Liban, tourisme, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik