Ecoutez Radio Sputnik
    Les deux BPC de classe Mistral construits par la France pour la Russie

    Des Mistral russes seront mis sur cale en Crimée

    © REUTERS / Stephane Mahe
    Russie
    URL courte
    241696
    S'abonner

    La construction de deux porte-hélicoptères russes similaires aux Mistral français débutera en 2020 dans la ville de Kertch, en Crimée, a annoncé à Sputnik un représentant de l’industrie de la défense russe.

    La mise sur cale de deux porte-hélicoptères Mistral «made in Russia» aura lieu à Kertch (Crimée) en 2020, selon une source de Sputnik dans l’industrie de la défense russe.

    Deux bâtiments prévus initialement

    «En attendant, la décision a été prise de se limiter à deux bâtiments, plus tard des constructions pourraient se poursuivre», a détaillé la source de Sputnik.

    Les navires doivent être remis à la marine en 2025 et en 2026.

    Une autre source bien informée de Sputnik avait précédemment annoncé que ces nouveaux bâtiments pourraient embarquer de 12 à 16 hélicoptères. Il ne s’agit cependant pas d’un «navire d’expédition» combinant les fonctions de porte-hélicoptères et de navire d’assaut amphibie, comme l’a plusieurs fois évoqué le PDG du Consortium naval unifié (OSK) russe Alekseï Rakhmanov.

    Des Mistral pour la Russie

    Un contrat de 1,2 milliard d'euros, prévoyant la livraison de deux porte-hélicoptères de classe Mistral, avait été conclu entre la France et la Russie en 2011. Cependant, les événements en Ukraine et les pressions exercées sur François Hollande par ses alliés de l'Otan l'ont contraint à résilier le contrat avec Moscou pour revendre les bâtiments de guerre à l'Égypte.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    «Les sanctions US contre le Nord Stream 2 frapperont la souveraineté de l'UE»
    Tags:
    porte-hélicoptères, construction, Kertch
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik