Russie
URL courte
Grande conférence de presse de Vladimir Poutine - 2019 (9)
6291
S'abonner

La 15e grande conférence de presse annuelle du chef de l’État russe a lieu ce jeudi à Moscou. Lors de cet événement, dont le premier du genre remonte à l’année 2001, Vladimir Poutine répondra aux questions de 1.895 journalistes.

Suivez en direct la 15e grande conférence de presse annuelle du Président russe qui répondra aux questions de 1.895 journalistes russes et étrangers accrédités à cette occasion.

La tradition des grandes conférences de presse annuelles du chef de l'État russe se poursuit depuis 2001.

La situation économique et politique en Russie, ainsi que plusieurs dossiers internationaux et questions régionales doivent être évoqués pendant la conférence.

Nouveaux messages
  • 14:30

    La conférence de presse est terminée

    «Merci beaucoup à vous. Bonne année en avance», a lancé le chef de l'État avant de quitter la salle.

    La grande conférence de presse de Vladimir Poutine a duré cette année quatre heures et 19 minutes.

    Vladimir Poutine pendant sa conférence de presse annuelle
    © Sputnik .
  • 14:18

    «Ils ont peur»: Poutine sur les menaces contre Sputnik Estonie

    Commentant les menaces de Tallinn contre Sputnik Estonie, le Président s’est dit étonné par les événements dans le pays: en Occident, la Russie est souvent accusée de «faire pression» sur les médias tandis que les pays européens recourent à cette pratique.

    Sputnik

    Poutine sur les menaces à l’égard de Sputnik Estonie: le pays doit avoir peur de votre influence sur les gens

    Le Président russe a commenté les menaces des autorités estoniennes de poursuite pénales à l’égard des journalistes de Sputnik Estonie s’ils continuaient de travailler dans le pays. Pour lui, ils ont peur de leur travail.
    En savoir plus

    «Vous faites beaucoup, les tentatives des autorités du pays d'entraver votre travail ne doivent pas passer inaperçues», a souligné M.Poutine. «Nous devons chercher des opportunités pour que les journalistes puissent travailler dans les pays qui ont peur de vos informations, de votre influence», a déclaré le chef de l'État.

    Le Kremlin de Moscou

    Poutine promet d'apporter son soutien à Sputnik à l'étranger - vidéo

    Vladimir Poutine a promis, lors de sa grande conférence de presse annuelle à Moscou, d'apporter son soutien aux journalistes de Sputnik victimes de pressions à l'étranger.
    En savoir plus
  • 14:03

    Une femme Président de la Russie un jour? Poutine répond

    Une journaliste a demandé si le Président russe pouvait imaginer une femme au poste de chef de l’État.

    Il n’existe pas de principe dans le choix d'un chef d'État. Par conséquent, une femme peut être Présidente si elle est compétente.

    Compétence, décence, ce sont des exigences qui ne dépendent pas du sexe, répond M.Poutine. En même temps, une femme amènerait moins d'agressivité dans la politique, a-t-il souligné.

    La grande conférence de presse de Poutine 2019
    © Sputnik . Ilya Pitalev
  • 14:00

    La grande conférence de presse de Poutine dépasse les quatre heures

  • 14:00

    Sur l'«ingérence russe»

    Vladimir Poutine a répondu à une question sur les accusations d’ingérence russe dans la politique intérieure des autres pays.

    «La Russie se réserve le droit de parler de ce qu'il se passe dans d'autres pays, comme ils le font dans d'autres pays», a déclaré le chef de l’État.

    Selon le Président, il est faux de considérer ce fait comme une ingérence.

    La grande conférence de presse de Vladimir Poutine 2019
    © Sputnik . Eugène Biatov
  • 13:41

    Poutine s’étonne de la question d’un journaliste japonais sur une «prochaine» guerre nucléaire

    Un représentant de l'agence japonaise Kyodo a interrogé le Président russe sur les perspectives d’une guerre nucléaire, notant que les commentaires sur une éventuelle réponse symétrique à l'agression semblaient «effrayants».

    «Une prochaine guerre nucléaire? Qu’est-ce que vous racontez?», s’est-il étonné.

    Concernant les inquiétudes de Tokyo sur un éventuel rapprochement militaire sino-russe, M.Poutine a assuré qu'il n'en serait rien.

    «Nous n'avons pas d'union militaire avec la Chine, nous n'avons pas prévu cela», a-t-il déclaré.

  • 13:28

    Poutine évoque ce qui fut pour lui le pire événement de sa présidence

    Ce qu'il est arrivé de pire, ce sont l’attaque terroriste à Beslan et la prise d'otages du théâtre de Moscou. «Je ne pourrai jamais oublier cela», a-t-il déclaré.

    S'exprimant sur les aspects les plus positifs, le Président a déclaré que la Russie au début des années 2000 et la Russie actuelle étaient deux pays différents. Il s’agit d’un changement fondamental d’économie, de la sécurité du pays, car au début de cette décennie, des conflits étaient toujours en cours dans le pays, a-t-il expliqué, notant l’un des indicateurs de dette publique extérieure les plus bas du monde, une faible inflation, un niveau élevé de développement des forces armées en Russie.

    Toutefois, tout cela ne relève pas de ses acquis personnels, mais de l'exploit de l'ensemble du peuple russe, a souligné le Président. Interrogé sur s’il pouvait être qualifié de personnage historique, le chef de l'État a répondu que c’était une décision pour les futures générations.

    Dans la Cathédrale de la Sainte-Trinité à Paris,  une messe orthodoxe mémorielle pour le souvenir des victimes d’acte terroriste à Beslan

    15 ans après, Paris honore les victimes de l’attentat de Beslan

    Le 2 septembre, une soirée à la mémoire des victimes de l’attaque terroriste de Beslan et des victimes européennes du terrorisme s’est tenue à Paris, au Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe russe. Témoignage de Sputnik.
    En savoir plus
  • 13:26

    La loi sur l'«Internet souverain» évoquée

    Le chef de l’État russe s’est exprimé sur ce qu'il envisage dans la loi sur la stabilité d’Internet en Russie, que certains médias ont surnommée la loi sur «l'Internet souverain».

    «Les concepts de "libre" et "souverain" ne se contredisent pas», a souligné le Président.

    Il ne s'agit pas de restrictions internes, mais de la protection du réseau contre une déconnexion de l'extérieur, a-t-il expliqué.

    En ce qui concerne les amendements à la loi sur les médias agents étrangers, M.Poutine a noté que des mesures similaires étaient en vigueur aux États-Unis depuis les années 1930 et avaient été utilisées contre la Russe Maria Boutina.

    Internet

    L’«Internet souverain» est un moyen de «survivre si la Russie est déconnectée de force»

    Dans un entretien avec Sputnik, le vice-président de la Chambre de commerce franco-russe, Dmitri Demidenko, estime que l’«Internet souverain» sert «non pas à se déconnecter du Web, mais à survivre, si la Russie est déconnectée de force». Balayant de fait les soupçons de censure, de contrôle, d’isolement autour de la «souveraineté numérique russe».
    En savoir plus
  • 13:18

    Aucune réforme des retraites n’est prévue en Russie

    Un journaliste russe a demandé au Président d’expliquer le gel de l'épargne-retraites et de dire si une réforme des retraites était en préparation.

    M.Poutine a répondu qu’aucune réforme des retraites n’était en préparation ni même en discussion.
    Quand au gel de l’épargne-retraites, ce n’est qu’un moyen de les protéger, a expliqué le Président.

  • 13:08

    Question sur la position sur la situation en Libye

    Un journaliste turc a posé une question sur la situation en Libye, divisée entre plusieurs entités rivales, entre le gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar. Selon le journaliste, les médias occidentaux affirment que la Russie soutient le maréchal Khalifa Haftar.

    En réponse, M.Poutine a appelé le journaliste turc à ne pas croire tout ce que les médias occidentaux écrivent. Il a déclaré que la Russie dialoguait avec toutes les parties au conflit et avec ses partenaires. «La Russie reste en contact avec el-Sarraj et avec Haftar», a-t-il déclaré, appelant à trouver une solution qui permettrait de mettre fin à la guerre.

    Il a défendu une solution qui fasse cesser les hostilités et a appelé à «se mettre d'accord sur qui, comment et sous quelle autorité sera dirigé le pays».

  • 12:54

    Où en est la Russie dans la course au développement de l’intelligence artificielle?

    M.Poutine a noté que l'IA est une industrie très importante pour la Russie, pour sa sécurité nationale et son économie.
    Dans plusieurs domaines, la Russie a déjà progressé: l’IA est utilisée dans les systèmes bancaires, les voitures sans conducteur de Yandex ou encore pour les drones.

    Il existe un projet national dans ce domaine, l'un des plus importants, selon le Président.

    «Si nous n’allons pas dans cette direction, nous ne pourrons pas protéger proprement notre territoire», a déclaré le chef de l’État.

  • 12:53

    L’économie russe s’est adaptée aux chocs externes, selon le Président

    Vladimir Poutine estime que l'économie nationale s'est adaptée aux chocs extérieurs et que le rouble est devenu plus résistant aux fluctuations des prix de l'énergie.

    «Il n'y a rien de bon dans ces [sanctions mutuelles, ndlr], mais notre économie, je peux le dire en toute responsabilité, s'est adaptée aux chocs externes, et la monnaie nationale […] est devenue beaucoup plus stable face aux possibles fluctuations des prix de l'énergie», a déclaré le chef de l'État.

  • 12:36

    Sanctions antirusses: la situation peut-elle changer pour le mieux?

    Quant aux sanctions de l’UE contre la Russie, le Président russe a fait valoir que, en dépit de leurs aspects négatifs comme les pertes d’emplois, elles avaient également un côté positif.

    «Par exemple, le développement de l'agriculture, il y a un bond énorme de 24 milliards de dollars d'exportations», a-t-il expliqué, soulignant que la Russie avait construit des usines qui n'existaient pas auparavant, comme pour la construction de moteurs d'hélicoptères.

    Il a appelé à échapper à toute restriction à motivation politique, car cela affecte l'économie mondiale. La Russie est pour une normalisation complète des relations, a-t-il déclaré.

    Fromage

    Ambassadeur de France en Russie sur le départ: la levée des sanctions d'ici cinq ans n’est «pas impossible»

    L’ambassadeur de France en Russie Sylvie Bermann n’a pas exclu une levée des sanctions antirusses dans les années à venir, écrit le journal Kommersant. Elle a toutefois tenu à souligner que ce scénario n’était possible que si les accords de Minsk étaient pleinement respectés.
    En savoir plus
  • 12:25

    Question sur le meurtre d’un Géorgien en Allemagne

    Un journaliste allemand du journal Spiegel a interrogé le chef de l’État sur le meurtre d’un Géorgien en Allemagne qui a provoqué une crise diplomatique entre Moscou et Berlin, avec l'expulsion de deux agents de l'ambassade russe. Le correspondant a rappelé les propos de M.Poutine selon lesquels la Russie avait demandé son extradition, alors que les autorités allemandes affirment qu'elles n'ont pas reçu la moindre demande.

    M.Poutine explique que Moscou et Berlin ont discuté de son extradition au niveau des services spéciaux, mais puisque les parties n'ont trouvé aucun accord, aucune demande n'a été reçue.

    Le Président a rappelé que le terroriste assassiné à Berlin avait lui-même tué 98 personnes et que l'Allemagne avait refusé de l'extrader. M.Poutine a souligné que l'homme a été tué dans le centre de la capitale allemande. «Cela signifie qu'un extrémiste s'est calmement promené dans une ville européenne», a-t-il souligné.

     Polizei

    Selon Poutine, le Géorgien tué en Allemagne était l'organisateur, «cruel et sanguinaire», d'un attentat à Moscou

    Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était prête à aider l'Allemagne dans l'enquête sur le meurtre d'un Géorgien à Berlin, qui a provoqué une crise diplomatique avec l'expulsion de deux membres de l'ambassade russe, relate l'AFP.
    En savoir plus
  • 12:14

    M.Poutine répond à une question sur la distorsion de l’histoire et l’assimilation du communisme au nazisme

    Le Président russe a été interrogé sur la résolution du Parlement européen reconnaissant le fascisme et le communisme comme des régimes totalitaires et décrétant le 25 mai Journée mondiale des héros de la lutte contre le totalitarisme.

    Selon M.Poutine, une telle décision est inacceptable car mettre l'Union soviétique et l'Allemagne nazie au même niveau est «le comble du cynisme.»

    Assimiler l'URSS à l'Allemagne fasciste est «le comble du cynisme», selon le Président russe. Il a rappelé la division de la Tchécoslovaquie entre Hitler, les Britanniques et les Français, tandis que l'Union soviétique avait appelé à la création d'un front anti-Hitler uni.

    «La décision du Parlement européen d'assimiler l'Union soviétique au totalitarisme est inacceptable», a déclaré M.Poutine.

  • 12:10

    M.Poutine répond aux questions des journalistes depuis déjà plus de deux heures

  • 11:54

    Le monde unipolaire n'existe plus, selon M.Poutine

    À la question d'une journaliste de la chaîne chinoise CCTV, le Président a rappelé que la multipolarité du monde était un dérivé des relations commerciales et économiques. La Chine est en avance sur les États-Unis en termes de part du PIB mondial, déclare le Président, soulignant que le monde ne peut plus être unipolaire.

  • 11:47

    Question sur l’état actuel des relations entre Pékin et Moscou

    Une journaliste chinoise a posé une question au chef d’État russe sur les résultats du partenariat sino-russe.

    Pour M.Poutine, la chose la plus importante dans les relations entre les deux États est le niveau de confiance sans précédent qui a été atteint. Il est également important que la Russie et la Chine coopèrent dans le domaine des hautes technologies et dans d'autres.

  • 11:28

    «Sans START III, il n’y aura plus rien pour freiner la course aux armements»

    La Russie souhaite améliorer ses relations avec les États-Unis, a déclaré M.Poutine.

    «Nous sommes prêts à prolonger START III dès demain», a-t-il déclaré.

    Mais jusqu'à présent, il n'y a pas de réponse à nos propositions, a déploré le Président, soulignant qu’en absence de START III, il ne restera plus rien pour freiner la course aux armements.

    nucléaire

    La Russie est prête à prolonger le traité New Start sur les missiles nucléaires avant la fin de l’année

    La Russie est prête à prolonger le traité de réduction des armes stratégiques nucléaires New Start avec les États-Unis avant la fin de l’année, a annoncé Vladimir Poutine. Après la rupture du traité FNI, il s’agit du dernier traité de contrôle toujours en vigueur.
    En savoir plus
  • 11:19

    Poutine commente la procédure de destitution de Donald Trump

    La procédure de destitution contre M.Trump est un élément de lutte politique, selon M.Poutine, rappelant que celle-ci est encore loin d'être validée et qu'elle doit passer par le Sénat.

    Selon lui, la volonté de destituer M.Trump est le «résultat de la défaite des démocrates lors de la dernière présidentielle.»

    M.Poutine a souligné que la situation aux États-Unis relevait d'une lutte politique interne et qu'il était trop tôt pour parler de la fin de la présidence de son homologue américain.

    Donald Trump

    Impeachment: pour Trump, les Démocrates «déclarent la guerre à la démocratie»

    Ce 18 décembre, le Congrès américain s’apprête à valider les chefs d’accusation qui ouvriront la voie à la procédure de destitution de Donald Trump. Une procédure très médiatique qui contribue à diviser une Amérique déjà désunie politiquement. Sputnik fait le point sur cette procédure et ses enjeux sous-jacents.
    En savoir plus
  • 11:01

    Question sur la présence étrangère dans le Donbass

    La fermeture de la frontière devrait commencer après les élections dans le Donbass, qui auront lieu après l'octroi d'un statut spécial aux républiques autoproclamées DNR et LNR.

    Quant aux troupes étrangères, il n'y en a pas, a déclaré le Président russe.

    «Ils continuent de me demander d'où viennent les chars», déclare-t-il. «C'est leur équipement, pas de l'équipement étranger».

    Il a rappelé que des citoyens des pays européens se trouvaient volontairement dans le Donbass.

    «Il n’y a pas de troupes étrangères là-bas. Les forces d’autodéfense sont constituées de locaux. En ce qui concerne les mercenaires, il y a des Français, des Allemands, il faut s'en charger. Il faut résoudre la question du Donbass en dialoguant avec les gens. Il ne faut pas résoudre ce problème par la force», a souligné le locataire du Kremlin.

    Sur le territoire de la République populaire autoproclamée de Donetsk

    Zelensky met en garde contre une «guerre totale» en Europe à cause du Donbass

    Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu’il ne veut pas reprendre le Donbass par les armes, car le conflit dans la région pourrait déclencher une «guerre totale» en Europe. Pour lui, ces élans belliqueux sont initiés par l’ancien pouvoir.
    En savoir plus
  • 10:50

    Perspectives du format Normandie et des accords de Minsk

    Sur la question ukrainienne et le Donbass, il n'y a que les accords de Minsk, a déclaré M.Poutine. Il s'est dit alarmé par les propos de son homologue ukrainien Zelensky sur la possibilité de réviser ces accords.

    L’Ukraine elle-même a reconnu que les DNR et LNR existent, en insistant sur la signature de leurs représentants dans le cadre des accords de Minsk, a souligné le Président.

    «Porochenko et les chefs d'État français et allemand m'ont pris à la gorge, insistant sur les signatures des représentants des LNR et DNR dans le cadre des accords de Minsk», a-t-il déclaré.

    Selon lui, le cœur du problème réside dans le fait que Kiev n’a aucun désir de résoudre la crise par le biais d’un dialogue avec la population. Le Président a reproché à Kiev le déploiement de ses forces tout au long de la ligne de contact dans le Donbass. Toutefois, il a estimé que les bases pour résoudre le conflit dans la région n'étaient pas perdues.

    Le Président a en outre appelé à engager un dialogue direct avec le Donbass et à revenir à la concertation prévue par les accords. Il a salué le fait que la loi sur le statut spécial du Donbass ait été prolongée. Il a qualifié les réunions au format Normandie d’«utiles».

    Poutine: Hollande, Merkel et Porochenko «m’ont pris à la gorge» sur les accords de Minsk

    L’Ukraine, la France et l’Allemagne ont insisté pour que les représentants des républiques autoproclamées du Donbass signent les accords de Minsk, reconnaissant ainsi leur existence, selon Vladimir Poutine.
    En savoir plus
  • 10:40

    Le Président russe commente les sanctions de l'antidopage contre la Russie

    Une question a été posée à M.Poutine sur la décision de l’AMA d'exclure la Russie de toute compétition sportive internationale, dont les JO, pendant quatre ans. 

    Il a qualifié cette décision d'«injuste» et a ajouté que les Russes étaient punis une deuxième fois pour le même épisode. Bien que la grande majorité des athlètes soient «propres», l’AMA punit tout le monde, souligne le Président, citant l’exemple des patineuses russes. La décision de l’AMA contredit les principes de la Charte olympique, selon lui.

    La Russie doit pouvoir participer aux compétitions sous son drapeau, a martelé le Président.

    Un supporter tenant le drapeau russe lors des Jeux olympiques

    «La décision de l’AMA est stupide et incompréhensible»: le monde sportif russe déçu par le verdict

    Après la décision de l’AMA d’exclure la Russie des compétitions sportives internationales, Sputnik a recueilli plusieurs réactions de personnalités du monde sportif russe. Les boxeurs refusent de participer aux Jeux olympiques sans représenter leur pays.
    En savoir plus
  • 10:27

    Poutine compare l'état de l'agriculture en URSS et en Russie

    Le chef de l'État russe a souligné les avancées depuis cette époque dans les domaines de l'agriculture ou encore de l'industrie.

    «Ceux qui croient que nous vivons encore sur la base de ce qui se faisait à l’époque ont tort», a-t-il déclaré.

    L'URSS était un importateur de blé alors que maintenant la Russie est un fournisseur de blé sur le marché mondial, a déclaré le Président, ajoutant que le pays avait dépassé les États-Unis et le Canada dans ses exportations.

    Колосья пшеницы

    La Russie reste championne du monde des exportations de blé

    Après les records enregistrés au cours de l’année précédente, la Russie continue de demeurer le premier exportateur mondial de blé. Selon le ministère russe de l'Agriculture, les exportations de blé russe se sont élevées à 35,2 millions de tonnes au cours des 12 derniers mois.
    En savoir plus
  • 10:12

    La première question porte sur l'accord de Paris et le rechauffement climatique

    Un journaliste de la radio Maiak a posé au Président russe une question sur les effets du rechauffement climatique sur la Russie.

    Selon l'Onu, les États-Unis occupent la première place dans les émissions, suivis de la Chine, des pays de l'UE et de la Russie à la quatrième place, a rappelé M.Poutine. Il a ajouté que personne ne connaît les causes du changement climatique.

    Selon le chef de l'État, une légère inclinaison de l'axe de la Terre peut entraîner des conséquences dramatiques. Il est impossible d'estimer à quel point l'humanité aujourd'hui affecte le climat, mais cela ne signifie pas qu'il ne faut rien faire sur cette question, a souligné M.Poutine.

    Le taux de croissance des températures en Russie est deux fois et demie plus élevé que la moyenne mondiale, déclare le Président, ajoutant que si les régions du pergélisol commencent à fondre, les conséquences seront très graves.

    La Russie réduira ses émissions de CO2 d'au moins 40%, a déclaré M.Poutine.

  • 10:02

    Début de la grande conférence de presse annuelle du Président russe

    La conférence débute au Centre du commerce international de Moscou. Vladimir Poutine salue les journalistes présents.

  • 09:56

    Finies les grandes affiches pour attirer l’attention de Poutine

    Cette année, le Kremlin a demandé aux journalistes de ne pas apporter de trop grandes affiches pour attirer l’attention du Président.

    «Nous demandons de ne pas utiliser d'affiches plus grandes que le format A3 (29,7 × 42 centimètres) lors de la conférence de presse, car cela empêche le travail des photographes et des cameramen», a indiqué dans un communiqué le service d'accréditation et d'information auprès du Président.

En direct
Destitution de Trump, Ukraine, Internet souverain... Les meilleurs passages de la conférence de Poutine – vidéo
+
Dossier:
Grande conférence de presse de Vladimir Poutine - 2019 (9)
Tags:
journalistes, journalisme, Vladimir Poutine, conférence de presse, conférence
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook