Russie
URL courte
15875
S'abonner

C’est encore à Novossibirsk, en Sibérie, qu’un deuxième chat a retrouvé sa mobilité après avoir été amputé des quatre pattes, qui avaient gelé, grâce aux vétérinaires de la ville qui lui ont fabriqué des prothèses spéciales.

Novossibirsk, troisième ville de Russie en termes de nombre d’habitants, peut se vanter désormais d’avoir les deux seuls chats au monde à se déplacer entièrement sur prothèses. Ainsi, une clinique de la mégapole a réalisé encore une fois des prothèses en titane pour un chat, une femelle British.

L’animal a eu en 2018 la malchance d’avoir gelé ses quatre pattes, en plus de sa queue et de ses oreilles. Toutefois, les vétérinaires ont réussi à lui rendre la capacité de marcher en mettant au point des prothèses dont la fabrication a pris six mois.

Les pattes, réalisées d’après la technologie 3D, sont recouvertes d’un film spécial afin que l’organisme ne les rejette pas. La greffe a pris et l’animal a pu retrouver sa maîtresse.

Le premier chat au monde

Les vétérinaires de Novossibirsk ont déclaré qu’il n’existait nulle part au monde de chats dont toutes les pattes auraient été remplacées par des prothèses. En effet, ils ont réalisé rien que dans leur clinique une quinzaine d’interventions du genre sur des animaux de compagnie, mais ceux-ci se voyaient remplacer entre une et trois pattes.

Le premier chat miraculé avait lui aussi eu les quatre pattes gelées et, la gangrène progressant, le vétérinaire avait pris la décision de les amputer.

Mais Ryjik, Rouquin en russe, a pu de nouveau se promener avec des prothèses réalisées en juin 2019 en titane grâce à l’imagerie médicale.

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
L'explosion à Beyrouth a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur - images
Élections présidentielles en Biélorussie: les premières estimations tombent
Tags:
prothèse, opération, chats, vétérinaires, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook