Russie
URL courte
10285
S'abonner

Le doyen du renseignement soviétique, qui avait dirigé l’opération visant à empêcher les plans d’Hitler de détruire la ville polonaise de Cracovie en janvier 1945, est mort à l’âge de 103 ans, selon le Service des renseignements extérieurs de Russie.

Alexeï Botian, l’agent soviétique ayant déjoué les plans d’Hitler de destruction de Cracovie, est décédé, a fait savoir le Service des renseignements extérieurs. Lundi 10 février, il avait soufflé ses 103 bougies.

«Alexeï Botian n’est plus», a annoncé à Sputnik son porte-parole Sergueï Ivanov.

Après le déclenchement de l’opération Barbarossa contre l’URSS en 1941, il est entré dans une école du renseignement où il a été formé pour opérer en territoire occupé par les nazis.

Pendant la guerre, il a participé à la bataille de Moscou et à des opérations de sabotage en Biélorussie et en divers endroits d’Europe de l’Est.

Le principal succès de sa vie

En janvier 1945, Alexeï Botian a commandé une opération qu’il a considérée plus tard comme la plus grande réussite de sa vie. Il a réussi à se renseigner sur les projets allemands de faire sauter la digue d’un réservoir d’eau du Dunajec. Selon ces projets, l’eau relâchée devait arrêter l’offensive des troupes soviétiques. Cependant, cette stratégie menaçait de submersion la ville polonaise de Cracovie.

Le groupe commandé par Alexeï Botian est parvenu à miner un dépôt d’explosifs et de munitions situé dans un château fort des Jagellon à Nowy Sacz, faisant littéralement voler en éclats les desseins allemands.

Après la guerre, il a servi dans le renseignement extérieur en tant qu’agent secret. Plus tard il a aidé à organiser l’unité des opérations spéciales Vympel du KGB de l’URSS.

Lire aussi:

Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
Tags:
Cracovie, Service de renseignement extérieur de Russie (SVR)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook