Russie
URL courte
12695
S'abonner

Alors que la polémique enfle autour de l'utilisation de la chloroquine dans l'Hexagone, en Russie le ministère russe de la Santé l'a inscrit sur sa liste des médicaments recommandés pour le traitement du coronavirus.

Après que la chloroquine prônée par le Pr Didier Raoult a été autorisée le 26 mars par le gouvernement français pour traiter le Covid-19, le ministère russe de la Santé a lui aussi ajouté ce médicament destiné aux patients adultes à la version actualisée du document sur les directives cliniques. Il a été publié sur le site Internet du ministère.

Le document indique toutefois qu'en l’absence de conclusions définitives quant à l’efficacité de la chloroquine et de l’hydrochloroquine [la chloroquine augmentée d’un radical OH d’où son nom, ndlr], les médecins doivent les prescrire sur la base du tableau clinique et en étroite collaboration avec d'autres spécialistes.

Ainsi, avant de prescrire l’un des deux, ils doivent attentivement étudier les résultats de l'électrocardiogramme du patient.

Par ailleurs, il est recommandé d’administrer la chloroquine ou l’hydrochloroquine en association avec d’autres médicaments comme l’association lopinavir/ritonavir et des interférons pour la prise en charge des patients atteints du coronavirus.

Les médicaments umifénovir, remdesivir et favipiravir font actuellement l'objet d'essais cliniques chez des patients dépistés positifs.

Débats sur la chloroquine

Depuis plusieurs jours, la France connaît de vifs débats sur l’autorisation de l’utilisation de la chloroquine dans le traitement du Covid-19. En pleine polémique, le gouvernement a par un décret en date du 26 mars répondu favorablement aux demandes du Pr Didier Raoult en autorisant la vente et la prescription d’hydroxychloroquine.

Le 16 mars, l’infectiologue et professeur de microbiologie marseillais a annoncé avoir effectué une étude préliminaire sur 24 patients infectés par le Covid-19 auxquels il avait administré une combinaison de chloroquine et d’azithromycine. Ses résultats ont montré un pourcentage de réussite de 75 %.

Faute d'essais cliniques de plus grande ampleur, certains appellent à la prudence, car les résultats ont montré qu’il existait de possibles effets secondaires comme des problèmes d’interactions médicamenteuses.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Tags:
France, traitement, Russie, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook