Russie
URL courte
4223
S'abonner

Des spécialistes russes ont prouvé que les cosmonautes pourraient se mettre au travail sur d’autres planètes trois jours après leur atterrissage à l’issue d’un long vol spatial, selon le Centre russe d’entraînement des cosmonautes.

 Après avoir réalisé un long vol spatial à destination d’autres planètes, les cosmonautes pourraient être aptes au travail dès la quatrième journée suivant leur atterrissage, a annoncé sur son site le Centre d’entraînement des cosmonautes Youri Gagarine.

«Les résultats obtenus pendant les tests des cosmonautes réalisés après leur retour sur Terre ont confirmé qu’au quatrième jour après un vol prolongé, les cosmonautes sont capables de se charger d’activités dans des conditions extraterrestres demandant d’importants efforts physiques», indique le communiqué du Centre. 

Des tests au Kazakhstan et au Centre d'entraînement

Depuis septembre 2013, la Russie et ses partenaires internationaux effectuent des tests sur les lieux d’atterrissage des vaisseaux Soyouz au Kazakhstan pour vérifier l’aptitude des cosmonautes au travail après de longs vols orbitaux.

Ces tests sont poursuivis au Centre d’entraînement des cosmonautes afin d’apprécier la capacité de travail sur la surface d’une autre planète, ceci concernant notamment l’ouverture de la trappe d’accès, la capacité à se déplacer, monter et descendre l’escalier et manier des instruments.

Lire aussi:

Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Tags:
vol spatial habité, centre d'entraînement, Kazakhstan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook