Russie
URL courte
7441
S'abonner

Espérant obtenir une progéniture, la direction du zoo de Krasnoïarsk en Sibérie a décidé de transporter son ourse polaire dans un parc où se trouvait un mâle. Mais quand les deux mammifères se sont retrouvés dans le même enclos, une bagarre a éclaté. La femelle est morte.

L'ourse polaire Aurora est décédée après un affrontement avec le mâle Baloo, a indiqué le 29 avril sur sa page Facebook Andreï Gorban, directeur du zoo de Krasnoïarsk en Sibérie.

Début mars, Aurora a été transportée du zoo de Krasnoïarsk à celui d’Ijevsk, à 1.200 kilomètres à l'est de Moscou, pour qu’elle se reproduise.

«Il est très difficile de communiquer une nouvelle si triste. Notre Aurora est morte. Nous étions heureux que nos géants blancs se soient retrouvés, aimés, et nous espérions une progéniture. Pour les petits oursons, des enclos spacieux étaient en construction dans le Roïev Routcheï [nom du zoo de Krasnoïarsk, ndlr]. Mais un affrontement inattendu a anéanti nos espoirs», a indiqué Andrei Gorban.

La situation dégénère

© Sputnik . Aleksander Kryazhev
Il précise que la femelle et le mâle ont d’abord vécu dans des enclos séparés. Puis ils ont été placés dans le même. À un moment, il s'est passée quelque chose entre les animaux et Baloo a attaqué Aurora.

«Aurora a fait preuve de caractère et Baloo s’est mis en colère. Il y avait des employés à proximité, mais ils ne pouvaient pas l'arrêter avec de l'eau ou des cartouches soporifiques. Il est tombé près d’Aurora qui était déjà morte», regrette Andrei Gorban.

Des experts analysent actuellement la vidéo pour comprendre la cause du conflit.

Lire aussi:

L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
Tags:
zoo, ours blanc, Sibérie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook