Russie
URL courte
Par
2191
S'abonner

Pour soutenir le personnel soignant qui continue malgré la pandémie de s’occuper des enfants des services d’oncologie et d’hématologie, un projet bénévole allie la pédiatrie et l’hôtellerie en Russie, en logeant gratuitement médecins et infirmières dans des hôtels près des hôpitaux pour minimiser le risque de contagion .

Depuis plusieurs mois, toute l’attention est focalisée sur les malades atteints de Covid-19, et quasiment tout le soutien va au personnel médical luttant contre la pandémie. Mais les maladies graves n’ont pas disparues d’un coup de baguette magique et les patients qui en sont atteints ont toujours besoin des médecins en pleine santé prêts à les soigner.

  • Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev
    Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev
    Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev
  • Les patients du centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev, à Moscou
    Les patients du centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev, à Moscou
    Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev
1 / 2
Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev
Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev

Allier la pédiatrie oncologique à l’hôtellerie

C’est ainsi que le projet CoVersus a été conçu il y a plus d’un mois par Sophia Zyryanova, qui depuis plusieurs années travaille avec les associations caritatives. L’idée principale est de minimiser les risques de contagion par le Covid-19 des médecins et infirmières des services d’oncologie et d’hématologie, en les logeant dans les hôtels près de leur lieu de travail pour ainsi éviter au maximum les transports en commun et tout contact physique. Sophia explique que tous les hôtels qui ont participé à ce programme n’ont perçu aucune récompense financière, c’était juste une envie humaine de le faire.

Sophia Zyryanova, fondatrice de CoVersus, un projet bénévole qui vient au secours du personnel soignant russe
© Sputnik .
Sophia Zyryanova, fondatrice de CoVersus, un projet bénévole qui vient au secours du personnel soignant russe
«Le projet a démarré il y a 34 jours. Près de 40 médecins et infirmières en provenance de 5 hôpitaux moscovites ont passé par CoVersus. Ce projet est absolument bénévole et gratuit, nous sommes devenus le lien entre les hôtels qui sont prêts à aider et les hôpitaux qui ont besoin de cette aide. Certains hôtels espéraient obtenir un soutien financier pour le logement de ces médecins, mais finalement seuls les hôtels logeant les membres du personnel médical qui combattaient le Covid-19 ont été soutenus».

L’idée de protéger son personnel et ses patients a été lancée très vite par la direction de plusieurs hôpitaux moscovites, qui n’ont pas été affectés aux urgences du Covid. Mais l’ampleur générale de la pandémie les a empêché de recevoir un quelconque soutien financier de la part du gouvernement. De plus,  un autre problème, plutôt personnel et humain, mettait les bâtons dans les roues, relate la fondatrice de CoVersus.

«Pour certains médecins et infirmières c’était compliqué de se séparer de leur famille, beaucoup de femmes n’ont pas voulu laisser partir leur mari et vice versa, pour vivre à l’hôtel avec leurs collègues ».

«C’est très important pour les enfants que nous soignons»

Maria Bykova, infirmière au Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev, à Moscou, était l’une des participantes au programme CoVersus, et a pu loger gratuitement à l’hôtel. Elle travaille avec des enfants gravement malades et pour elle, le plus important était d’éviter tout risque à ses patients.    

Infirmière au Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev, à Moscou
Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev
Maria Bykova, infirmière au Centre national de recherche en pédiatrie oncologique, hématologique et immunologique de Dimitri Rogatchev, à Moscou
«Au début, c’était dur à imaginer qu’après le travail il ne faut pas rentrer chez soi mais aller à l’hôtel, et comme ça partir de la maison pour une semaine entière, évidemment, mes proches et même mes collègues ne comprenaient pas au départ, mais avec le temps, eux et moi, nous avons compris que c’est une bonne et sérieuse mesure pour minimiser le risque de contamination pour soi et ses proches mais surtout pour nos patients, c’est très important pour les enfants que nous soignons».

Lire aussi:

Un homme menotté frappé et jeté au sol lors d’une interpellation à Neuilly-sur-Marne – vidéo
Twitter signale un tweet de Trump sur les émeutes de Minneapolis pour «apologie de la violence»
LREM comptabilise sur la loi Avia la voix d’un député décédé il y a des semaines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook