Russie
URL courte
10294
S'abonner

Pour évaluer l’idée de Donald Trump de modifier le format du G7, il faut avoir plus d’informations sur l’ordre du jour de ce sommet, sur sa composition et le statut réservé à la Russie, estime le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Il a rappelé l’existence d’autres mécanismes de dialogue efficaces, comme le G20.

L’absence de détails relatifs à l’idée de Donald Trump d’inviter la Russie au prochain sommet du G7 ne permet pas au Kremlin de porter dessus un jugement concret, selon Dmitri Peskov. 

«Nous ne savons pas encore les détails de cette proposition, nous ne savons pas non plus si elle est officielle. Les questions sont nombreuses. En quelle qualité [sera invitée la Russie, ndlr], quel sera l’ordre du jour, quelle sera sa composition, etc.», a-t-il déclaré aux journalistes.

Poutine, partisan d’un dialogue tous azimuts

M.Peskov a noté que Vladimir Poutine «se prononce pour un dialogue tout azimuts, mais, en l’occurrence, pour réagir à de telles initiatives il faut avoir davantage d’informations dont nous ne disposons pas à notre grand regret». 

Il a ajouté qu’il y avait d’autres mécanismes de dialogue efficaces, notamment le G20, qui permettent aux principales économies mondiales de discuter de problèmes à l’ordre du jour.

Inviter quatre nouveaux pays

Donald Trump avait précédemment déclaré qu’il avait l’intention de reporter le sommet du G7 à septembre et d’y inviter quatre pays, y compris la Russie.

«Le Président a annoncé certaines informations sur le G7 et a autorisé de les rendre publiques. Il le reporte à septembre et se propose d’inviter la Russie, la Corée du Sud, l’Australie et l’Inde», ont communiqué les journalistes du pool présidentiel. 

Donald Trump a déclaré, pour justifier l'annulation de la réunion en juin et son nouveau format proposé, que la composition actuelle du groupe était «très obsolète» et ne représentait pas correctement «ce qui se passe dans le monde».

Lire aussi:

«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Tags:
G7, Dmitri Peskov, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook