Russie
URL courte
11293
S'abonner

Alors qu’Ivan Safronov, ex-journaliste et conseiller de l’Agence spatiale russe soupçonné de haute trahison, a été placé en détention provisoire jusqu’en septembre, le porte-parole du Kremlin a rappelé qu’il s’agissait d’un professionnel talentueux, mais que pour le moment les détails de l’affaire restaient inconnus.

Commentant l’affaire du conseiller de l’Agence spatiale russe Roscosmos Ivan Safronov, soupçonné de «haute trahison», le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a déclaré que le journaliste était un bon professionnel mais que l'essence des charges retenues contre lui était encore inconnue et que seul le tribunal, qui disposait de toutes les preuves, pouvait y voir clair concernant le dossier.

«La culpabilité de telle ou telle personne ne peut être reconnue que par le tribunal. Avant le début du procès, exprimer des opinions sur l’inconsistance de telles ou telles accusations et ce en l’absence d’informations, n’a pour le moins rien à voir avec le professionnalisme. Nous avons bien connu Safronov en tant que journaliste de talent, nous évaluons hautement son talent journalistique, mais nous ignorons complètement l’essence des charges prononcées à son encontre. Les accusations en question sont connues du tribunal et c’est ce dernier qui les évaluera», a déclaré Peskov.

Et d’expliquer que le Président dispose de moyens pour obtenir des informations supplémentaires sur l’affaire Safronov, mais que ce thème n’était pas pour lui.

«Certes, le Président dispose de ces moyens, mais primo, ce n’est pas un thème pour le Président, en aucune façon, secundo, l’enquête est en cours et un jugement aura lieu. Pourquoi ferions-nous preuve a priori d'une sorte de méfiance?», a-t-il fait remarquer.

L’affaire Safronov

Mardi 7 juillet, un tribunal de Moscou a placé Safronov en détention provisoire jusqu’au 6 septembre dans le cadre d’une accusation de haute trahison. D’après les informations du FSB, le conseiller du chef de Roscosmos, Dmitri Rogozine, est soupçonné d’avoir transféré des informations secrètes du domaine de la coopération militaro-technique et de défense à l’un des services de l’Otan. La défense d’Ivan Safronov a fait savoir que les enquêteurs le soupçonnent de travail au profit des services spéciaux tchèques depuis 2012. L’affaire porte sur le transfert d’informations militaro-techniques sur la livraison d’armements à des pays africains et, est-il soupçonné, le bénéficiaire final de ces informations étaient les États-Unis. Safronov estime, précisent ses avocats, que l’affaire est liée à l’un de ses articles paru dans les pages du journal Kommersant.

La maison d’édition Kommersant a qualifié d’absurdes les accusations visant Safronov, soulignant qu’il était un vrai patriote qui écrivait sur l’armée et l’espace. Le journal Vedomosti a pour sa part exigé que toutes les circonstances de l’affaire Safronov soient examinées d'une manière impartiale et dans le strict respect de la loi.

Roscosmos précise de son côté que l’interpellation en question n’est pas en lien avec son travail au sein de cette corporation d’État.

Ivan Safronov plaide non coupable. Ses avocats ont fait appel samedi 4 juillet de la décision de son placement en détention.

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
Dmitri Peskov, Kremlin, FSB, Russie, Holding spatial russe Roscosmos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook