Russie
URL courte
14882
S'abonner

Moscou estime que le retrait d'Allemagne de militaires américains est du ressort de Washington et ne se propose pas de s'ingérer dans ses relations bilatérales avec Berlin, selon le porte-parole du Kremlin, lequel trouve toutefois que moins ces soldats sont nombreux en Europe, plus la situation y est calme.

Le retrait de militaires américains du territoire allemand ne concerne que les États-Unis et l'Allemagne, selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

«C'est une affaire intérieure des États-Unis et une question de relations bilatérales entre Washington et Berlin. Nous n'avons pas l'intention de nous ingérer dans ces relations, ni de les commenter. Nous n'avons jamais caché que moins les soldats américains sont nombreux sur le continent européen, plus la situation en Europe est calme. Cette position qui est la nôtre est bien notoire, d'autant plus que depuis la fin de la confrontation des blocs de l'époque de la guerre froide, il n'y a aucun danger évident, ni aucune menace concrète. Quant aux menaces éphémères, on peut les inventer autant que l'on veut», a-t-il signalé aux journalistes.

Évacuation de troupes américaines d'Allemagne

Mercredi 29 juillet, le secrétaire américain à la Défense a annoncé le début, dans quelques semaines, de la relocalisation des troupes américaines en Europe.

Il a fait savoir que les États-Unis réduisaient leur présence militaire en Allemagne de 11.900 hommes en transférant certains en Italie et en Belgique. Sur les 34.500 militaires américains en Allemagne, environ 6.400 seront rapatriés et près de 5.600 autres seront transférés vers d'autres pays de l'Otan.

Le quartier général américain de Stuttgart sera déplacé vers la Belgique.

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
retrait, Dmitri Peskov, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook