Russie
URL courte
4325
S'abonner

Deux avions de reconnaissance américains ont été interceptés au-dessus de la mer Noire ce vendredi 7 août, a annoncé le Centre national de gestion de la défense. Il s'agit de la dixième apparition d'avions-espions à proximité des frontières russes depuis début juillet.

Un Su-27 a intercepté ce vendredi 7 août deux avions de reconnaissance américains au-dessus de la mer Noire, informe la Défense russe.
L’avion de chasse russe appartenant aux forces de défense antiaérienne de la région militaire Sud a reçu l'ordre de décoller lorsque les militaires ont détecté deux cibles aériennes s'approchant de la frontière.

Le pilote a identifié un avion de reconnaissance stratégique RC-135 de l'US Air Force et un aéronef de patrouille maritime P-8A Poseidon de l'US Navy.

Un RC-135 de l'US Air Force vu depuis un chasseur russe Su-27 (archive photo)
© Sputnik . Service de presse du ministère russe de la Défense
Après que les deux avions américains ont changé de cap, le Su-27 est rentré à sa base.

Le Centre de gestion de la défense a indiqué que le vol du chasseur russe s'était déroulé en stricte conformité avec les règles internationales. Les avions américains n'ont pas violé la frontière russe.

Neuf interceptions depuis début juillet

Cet été, des avions étrangers ont été plusieurs fois détectés à proximité des frontières russes. Au moins neuf apparitions ont été recensées depuis début juillet.

Le 5 août, un RC-135 et un P-8A Poseidon américains avaient été déjà interceptés au-dessus de la mer Noire par un Su-27 russe.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Macron: «les images de l'agression» du producteur à Paris «sont inacceptables et nous font honte»
Tags:
interception, Su-27, mer Noire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook