Russie
URL courte
Par
261358
S'abonner

Dans un entretien exclusif à Sputnik, la directrice générale du Centre d'exportation russe explique comment la coopération commerciale entre la France et la Russie a été impactée par la pandémie, quels produits la France importe annuellement depuis la Russie et dans combien de pays vont les pièces automobiles Renault de fabrication russe.

La pandémie a frappé de plein fouet l’économie mondiale, surtout pour les échanges commerciaux qui ont été diminués en partie voire même suspendus pendant plusieurs mois. Au premier semestre 2020, les échanges entre la Russie et la France se sont élevés à 6,5 milliards de dollars, ce qui représente une baisse de 3,9% par rapport à l'année précédente. Le commerce de la Russie dans son ensemble a diminué de près de 17%. Veronika Nikichina, directrice générale du Centre d'exportation russe décrit à Sputnik la situation commerciale actuelle entre la Russie et la France.

La base des exportations russes vers la France

La structure des produits du commerce franco-russe est assez stable. Les importations russes en provenance de France sont principalement représentées par les avions, la parfumerie et les cosmétiques, les produits pharmaceutiques, les équipements industriels et les composants automobiles. Les exportations principales russes vers la France, sans surprise, concernent les carburants.

«La base des exportations russes vers la France est constituée par du carburant: pétrole, produits pétroliers et gaz naturel. Les articles importants sont les métaux non ferreux et ferreux, les pièces et composants d'équipements aérospatiaux, les engrais, les produits du bois.»

Au cours des cinq dernières années, selon le chef du Centre d’exportation russe, des produits tels que des lampes fluorescentes, du verre de sécurité, de la farine de soja, des granulés et briquettes de bois, de la levure, des bombes aérosols, des films polymères, des carbures, etc. sont apparus dans les exportations russes vers la France ou ont considérablement augmenté en volume.

15 à 17 milliards de dollars de produits russes exportés vers la France

La France fait régulièrement partie des principaux partenaires commerciaux de la Russie. Le chiffre d'affaires commercial de cette dernière pour les trois plus récentes années a été de l'ordre de 15 à 17 milliards de dollars, à la 12e place et pour une part de 2 à 2,5%. La France est l'un des rares pays avec lesquels la Russie a une balance commerciale extérieure négative stable, les importations dépassant les exportations de 1,5 fois en moyenne, surtout à cause de la logistique, explique Veronika Nikichina.

«Beaucoup plus de produits russes sont fournis à la France, et les volumes d'exportations et d'importations sont à peu près égaux - cela est dû à la grande utilisation de pays intermédiaires dans la fourniture de biens et de ressources russes, où se trouvent des sociétés commerciales (Pays-Bas, Suisse, Italie, etc.) ou de transbordement (Pays-Bas, Finlande, pays baltes).»

Les changements apportés par le Covid-19

Le principal impact de la pandémie du coronavirus sur les exportations russes vers la France s'est manifesté par une diminution de l'offre de nombreux biens, puisque les mesures de quarantaine à long terme ont conduit à une réduction significative de la demande, principalement dans les segments énergétique et industriel, qui sont principalement ciblés par les exportations russes. De plus, les paramètres de coût ont été négativement affectés par la baisse des prix de l'énergie, provoquée, entre autres, par la pandémie.

Veronika Nikichina, directrice générale du Centre d'exportation russe
Centre d'exportation russe
Veronika Nikichina, directrice générale du Centre d'exportation russe

Les exportations non énergétiques vers la France

Les exportations non énergétiques de la Russie vers la France sont relativement stables: au cours des six dernières années, elles se sont généralement élevées à environ un milliard de dollars par an. Mais les statistiques ont largement changé durant les six derniers mois, explique la directrice générale du Centre d'exportation russe.

«Au premier semestre 2020, pour des raisons évidentes, elles ont diminué de 20% (à 358 millions de dollars) et à la fin de l'année, très probablement, elles atteindront environ 0,8 milliard de dollars. Malgré cela, dans certains segments, mais pas très importants, il y a eu des points de croissance dans des conditions aussi difficiles: par exemple, les expéditions de tourteaux et de farines ont augmenté de plus de 80%, les meubles, les pièces automobiles et la levure de plus de deux fois, les sacs textiles de 45%, etc.»

Pièces automobiles Renault de fabrication russe

Depuis le site industriel Renault Russie à Moscou, où une nouvelle production de composants automobiles a été créée avec la participation d'investissements français, depuis fin 2016, des carrosseries sont fournies pour l'assemblage de voitures Renault en Algérie. Le Centre d'exportation russe a également soutenu ce projet, rajoute Veronika Nikichina.

«Pendant ce temps, plus de 60.000 carrosseries ont déjà été exportées (bien que maintenant, en raison de la crise de l'industrie automobile dans le monde, les livraisons aient été suspendues). En général, l'exportation de pièces automobiles Renault de fabrication russe représente des dizaines de noms et des dizaines de pays d'approvisionnement».

Réacteur thermonucléaire en France et autres collaborations

La Russie participe à la construction d'un réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER), en cours en France, fournissant une gamme d'instruments et de matériaux. De la même manière, l'ingénierie globale dont Caterpillar et Liebherr fournissent des pièces de pelles depuis leurs sites russes (Tosno, région de Léningrad et Nijny Novgorod, respectivement) à leurs usines en France, énumère Veronika Nikichina sur les projets en commun avec la France.

«Les équipements finis sont destinés non seulement au marché français, mais également à l'exportation (y compris en Russie). Dans l'industrie aéronautique c’est la même chose, puisqu’Airbus utilise à la fois des matériaux russes (principalement du titane) et une gamme de composants».

Partenaire exclusif de VirtualExpo

Les fondateurs de VirtualExpo qui a été fondé dans les années 1990, ont développé des outils pour trouver facilement des équipements et composants industriels. La première exposition en ligne - DirectIndustry - a été ouverte en 2000, suivie de cinq expositions plus spécialisées.

La société russe Zonsmart LLC est devenue le partenaire exclusif de VirtualExpo en Russie en janvier 2020. Pendant six mois de travail en tant que partenaires via Zonesmart, 15 entreprises ont été enregistrées, relate le chef du Centre d'exportation russe.

«L'un des exemples réussis de placement sur l'un des sites VE est TD VET-TsZDOR. La société est engagée dans la production d'équipements vétérinaires. L'entreprise réalise 80% des ventes à l'exportation via MedicalExpo. Les principales destinations d'exportation sont l'Amérique latine (Brésil, Paraguay, Équateur, etc.) et l’Europe occidentale (France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, etc.).»

Lire aussi:

Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook