Russie
URL courte
Par
3312
S'abonner

Un système informatique unique permettant de mettre hors service des sites nucléaires est actuellement développé par des chercheurs de l'Université d'État de recherche nucléaire russe (MEPhI). Compte tenu des risques et des dépenses encourus, il offre des solutions optimales en termes de sécurité et d'économie.

 Des spécialistes de l'Université d'État de recherche nucléaire russe (MEPhI) développent un système informatique destiné à minimiser les risques et les frais de démantèlement des sites nucléaires. La réalisation de ce projet soutenu par Rosatom a été révélée par le service de presse de l'Université.

La durée de vie de la plupart des sites nucléaires dans le monde, entre 40 et 50 ans, touche actuellement à sa fin. Leur mise hors service engendre de nombreux risques et d'immenses dépenses.

Le coût total du démantèlement des seuls sites nucléaires russes est évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars, selon les spécialistes du MEPhI. Ces dépenses peuvent varier en fonction des travaux à réaliser et des technologies utilisées.

«La mise hors service est liée à plusieurs incertitudes. Avant de procéder au démantèlement, il est difficile de dire à quel point tel ou tel élément est radioactif. À l'opposé des autres systèmes, le nôtre permet d'évaluer les risques encourus à n'importe quelle étape des travaux en suggérant des solutions optimales en termes de finances, d'écologie et de sécurité du personnel», explique Alexandre Krianev, professeur à la chaire de mathématiques appliqués du MEPhI.

Un programme valable pour les sites de tout type

Les concepteurs indiquent que le programme s'appuie sur des méthodes statistiques, sur les théories des probabilités et des sous-ensembles flous, ainsi que sur les méthodes de l'optimisation multiobjectif.

Le programme du MEPhI pourrait servir non seulement pour le démantèlement des réacteurs de tout type, mais aussi pour la mise hors service de tout autre site nucléaire, notamment des tombeaux nucléaires provisoires et des dépôts de déchets radioactifs.

Le MEPhI a mené ses recherches en liaison avec des spécialistes du Centre de recherche scientifique en sécurité radiologique et nucléaire.

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
Tags:
risques, démantèlement, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook