Russie
URL courte
Par
6330
S'abonner

D'après le gouvernement de la région du Kamtchatka, dans l'Extrême-Orient russe, la pollution chimique des eaux côtières à laquelle serait liée la mort massive d'animaux marins s'est produite dans une couche inférieure de l’eau, où des échantillons n’ont pas encore été prélevés. Des prélèvements supplémentaires sont donc nécessaires.

La pollution des eaux côtières de la péninsule du Kamtchatka, dans l'Extrême-Orient russe, qui aurait entraîné la mort massive des animaux marins retrouvés échoués sur plusieurs plages, s'est produite dans une couche inférieure de l’eau, selon le service de presse du gouvernement régional, se référant aux données du Département d'hydrométéorologie et de surveillance environnementale du Kamtchatka. C’est la raison pour laquelle les résultats des premiers échantillons d’eau prélevés sur place, à la surface, n'ont pas montré d'excès significatif de teneur en pétrole et en phénol dans l'eau.

«Nous avons prélevé des échantillons à la surface, alors la semaine prochaine, nous prévoyons de nous y rendre pour prélever des échantillons à l'écart de la côte le long de toute la colonne d'eau, c'est-à-dire à la surface, au milieu et dans la couche inférieure», a déclaré Vera Poliakova, chef du Département régional d'hydrométéorologie et de surveillance environnementale.

Qui plus est, elle a annoncé qu’afin de prélever des échantillons supplémentaires, une commission de l’instance serait envoyée aux embouchures des rivières, accompagnée d’agents de Rosprirodnadzor, service fédéral de surveillance environnementale, industrielle et nucléaire de Russie et du ministère des Situations d'urgence.

Nombreuses carcasses d’animaux marins découvertes dans la région

Selon le département des Ressources naturelles de la région, des carcasses d’animaux marins ont été découvertes début octobre sur la plage de Khalaktyrski, ainsi que dans les baies de Malaïa Lagernaïa, de Bolshaïa Lagernaïa et de Babia.

Des échantillons de sable, d'eau, ainsi que plusieurs carcasses d’animaux ont été envoyés par avion à Moscou pour analyse. Tous les départements et services responsables sont impliqués dans les recherches au Kamtchatka.

Fin septembre, des surfeurs ont témoigné d'un changement de couleur de l'eau, se plaignant d’avoir les yeux gonflés ainsi que la peau irritée après leur pratique.

Suite à cela, des tests ont été effectués. Les experts ont établi que la teneur en résidus pétroliers dans l'eau était 3,6 fois supérieure à la normale et que celle en phénols l’était de 2,5 fois. Selon le chef du département des Ressources naturelles de la région,  il s’agit d’une situation «anormale» qui «ne peut pourtant pas entraîner de graves conséquences environnementales». Les riverains sont priés de ne pas se rendre sur la plage.

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
environnement, animaux marins, écologie, Kamtchatka
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook