Russie
URL courte
Par
0 129
S'abonner

Alors que la cause exacte de la pollution des eaux dans l'Extrême-Orient russe n’a pas encore été établie, une marée rouge est désormais examinée comme l’une des hypothèses principales, a déclaré le 10 octobre Alexeï Ozerov, directeur de l’Institut de volcanologie et de sismologie du Département d’Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences.

Tout en admettant que, pour le moment, les causes de la pollution des eaux côtières dans l'Extrême-Orient russe dans l baie d’Avatcha ne sont pas totalement claires, Alexeï Ozerov, directeur de l’institut de volcanologie et de sismologie du Département d’Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences, a précisé le 10 octobre que l’hypothèse des algues toxiques figurait désormais «au premier plan» des investigations.

À l’issue d’une réunion du gouvernement du Kamtchatka qui s’est tenue samedi 10 octobre, le scientifique a pointé la marée rouge comme l’une des raisons principales de la mort massive d’animaux marins dans la zone.

«La marée rouge ne signifie pas que l'eau est rouge. C'est le nom commun du phénomène lorsque des toxines fortes sont diffusées. Elles peuvent avoir un impact sur les organismes qui se trouvent dans la couche inférieure de l’eau, sur les poissons et, dans de nombreux cas, sur les humains. Si elles sont dans l'eau et que vous tombez sur elles, vous pourriez finir par avoir une brûlure. Ainsi cette hypothèse, comme d'autres, sera considérée», a déclaré le scientifique dont les propos sont cités dans un communiqué du gouvernement régional.

Plusieurs hypothèses à l’étude

Plus tôt, les scientifiques ont exclu l’hypothèse selon laquelle cette pollution serait liée à des processus volcaniques et sismologiques dans la région. Les volcans Klioutchevskoï, Bezymianny, Chivelouch, en ce moment en éruption, se trouvent à 300-400 kilomètres de la côte touchée. De plus, le niveau des tremblements de terre dans la partie moyenne et sud de la péninsule ne dépasse pas la moyenne.

Une autre explication serait celle des effets dangereux que peuvent avoir des lieux de stockage de substances toxiques, situés à proximité de la zone touchée. Selon M.Ozerov, bien qu'il ait déjà été prouvé que le polygone de Kozelsky n'avait rien à voir avec la mort d'animaux marins, il est nécessaire d'étudier les effets que pourraient avoir eu d'autres polygones.

«Nous ne pouvons pas exclure les effets nocifs des substances qui sont enfouies, par exemple, dans la baie de Prilivnaïa. Je crois que les recherches nécessaires seront bientôt menées», a-t-il fait savoir.

Pollution des eaux au Kamtchatka

Fin septembre, des surfeurs pratiquant sur la plage de Khalaktyrski ont témoigné d'un changement de couleur de l'eau, se plaignant d’avoir les yeux gonflés ainsi que la peau irritée. Des riverains ont par la suite découvert des carcasses d’animaux marins dans les baies de Malaïa Lagernaïa, de Bolshaïa Lagernaïa et de Babia. Les experts ont établi que la teneur en résidus pétroliers dans l'eau était 3,6 fois supérieure à la normale et que celle en phénols l’était de deux fois.

Le Comité d’enquête de Russie a annoncé le 7 octobre avoir intenté des poursuites pénales suite à la pollution de la côte en Extrême-Orient russe en vertu de deux articles du Code pénal de la Fédération de Russie: la violation des règles de circulation de substances et déchets dangereux pour l'environnement et la pollution du milieu marin. Pour l’instant, les autorités examinent trois possibles causes des faits: une pollution anthropique, des phénomènes naturels, une activité sismologique.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
marée rouge, science, Kamtchatka, pollution, Extrême-Orient
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook