Russie
URL courte
Par
2333
S'abonner

Une quinzaine de jours après la mort massive d’animaux marins au Kamtchatka, des milliers de poissons en décomposition ont été découverts sur les rives d’un lac dans le sud de la Russie. Les autorités vérifient la situation.

Des habitants de Kalmoukie, république au sein de la Russie située dans le sud du pays, ont signalé samedi sur les réseaux sociaux la présence de plusieurs tonnes de poissons morts sur les rives du lac de retenue d’Archan-Zelmen. 

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Санчир Горяев (@sanchir_goryaev)

En commentant leurs vidéos, les riverains décrivent une odeur insupportable qui émane des cadavres en état de décomposition et qui se répand autour du plan d’eau. Les séquences montrent des rives entières recouvertes de poissons morts. 
Des inspecteurs du Comité d’enquête, principal organe d’investigation de la Fédération de Russie, ont entamé des vérifications, a annoncé l’institution dimanche dans un communiqué.

Un précédent récent

Des écologistes et des spécialistes de la protection de l’environnement travaillent sur place, mais aucune raison précise de cette mort massive de poissons n’a encore été établie.
Cette situation désastreuse attire une attention d’autant plus soutenue qu’au début du mois, d’autres animaux aquatiques ont connu un sort similaire sur plusieurs plages du Kamtchatka, dans l'Extrême-Orient russe. Des surfeurs ont notamment témoigné d'un changement de couleur de l'eau, se plaignant d’avoir les yeux gonflés ainsi que la peau irritée après leur sport.
Selon l’enquête lancée, des composants huileux, dont du phénol, ont été découverts dans les eaux océaniques. Les investigations se poursuivent. 

Lire aussi:

Sous-marins australiens: «D’où cette colère?», demande Zakharova à Le Drian en évoquant les Mistral
Agnès Buzyn devant la justice: «La magistrature rappelle à Emmanuel Macron qu’elle tient le manche»
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Tags:
poisson, lacs, Kalmoukie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook