Russie
URL courte
Par
18739
S'abonner

Alors que les protestations des musulmans ont lieu depuis quelques jours devant l'ambassade de France à Moscou, le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov a appelé à ne pas organiser de manifestations devant, notamment pour éviter les provocations.

Vendredi 30 octobre, le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov a publié un post sur sa chaîne Telegram demandant aux musulmans russes de ne pas se rassembler devant l'ambassade française à Moscou.

«Je tiens à prévenir les musulmans russes contre des actions irréfléchies. Il ne faut pas organiser de rassemblements devant l'ambassade française dans notre pays: cela changera peu les choses, mais les provocations sont possibles», a-t-il signalé.

Le message de Ramzan Kadyrov intervient alors que les protestations des musulmans contre les caricatures du prophète Mahomet se poursuivent depuis trois jours devant l'ambassade française à Moscou. Vendredi 30 octobre, plusieurs participants ont été interpellés.

Caricatures de Mahomet

Ramzan Kadyrov, archives
© Sputnik . Saïd Tsarnaïev
Lors d’un hommage au professeur Samuel Paty, décapité par un terroriste islamiste, le Président français avait annoncé que l’Hexagone ne renoncerait pas aux caricatures de Mahomet. Il avait également promis de défendre la liberté d'expression. Cette déclaration a été suivie d'appels dans de nombreux pays du Moyen-Orient à boycotter les produits français.

Réaction de Kadyrov

Auparavant Ramzan Kadyrov avait dénoncé l’appui accordé par Emmanuel Macron aux caricatures et qualifié ce dernier de «leader et inspirateur du terrorisme» en France.

«Arrête, Macron, avant qu’il ne soit trop tard», avait-il lancé.

Lire aussi:

Décrue de l’épidémie: le miracle Macron a-t-il eu lieu?
Un attentat néonazi contre une loge maçonnique en Moselle déjoué
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Un exercice de pompiers annulé à Lyon après la violente agression d’un soldat du feu
Tags:
ambassade, manifestation, Ramzan Kadyrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook