Russie
URL courte
Par
6721
S'abonner

Face à la censure imposée aux médias russes par les sociétés Internet américaines, une association a proposé d'introduire des amendes. Selon sa lettre envoyée au ministère russe du Développement numérique, ces pénalités pourraient atteindre entre 10 millions de roubles (environ 109.000 euros) et un pourcent de leurs recettes internationales.

L'Association des utilisateurs professionnels des réseaux sociaux et des messageries, une organisation russe, a proposé au ministère du Développement numérique, des Communications et des Médias du pays d'introduire des amendes pour les sociétés Internet étrangères qui censurent les médias russes.

Dans la lettre soumise par l’association au ministère, dont Sputnik s’est procuré une copie, le directeur évoque une amende allant de 10 millions de roubles (environ 109.000 euros) à un pourcent des recettes internationales et exhorte également à envisager la possibilité de saisir de force l'argent des contrevenants.

Pas le droit de prélever

Le directeur de l’association note que Facebook et Twitter ont été condamnés cette année à une amende de quatre millions de roubles (environ 43.500 euros) mais que les huissiers n'ont pas eu le droit de collecter cet argent auprès des partenaires de Facebook et Twitter.

«En Russie, il existe de nombreuses organisations de ce type. Il est nécessaire de donner aux huissiers le droit de prélever à la base du titre exécutoire les fonds des partenaires publicitaires russes destinés à être transférés aux réseaux sociaux américains», ajoute-t-il.

Selon l'association, toute action concernant le contenu et les comptes, y compris l'ajout d’«étiquettes» pour les comptes des médias contrôlés par des États, doit être considérée comme de la censure.

Une vingtaine de médias russes censurés

Le service russe chargé de la supervision dans le domaine des médias a accusé le 27 octobre les sociétés Internet américaines de pratiquer la censure à l’encontre des médias russes. Selon lui, une vingtaine de médias russes se voient censurés par Google (YouTube), Facebook et Twitter.

Ce n’est pas la première fois que la Russie critique cette politique d’entreprises Internet étrangères. Ainsi, lors du Ve forum des jeunes diplomates des BRICS, Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, a dénoncé le 23 octobre la censure de Twitter et Facebook à l'encontre de médias russes.

Elle a avancé que la monopolisation de l'espace en ligne et l'absence de transparence informationnelle étaient l’un des principaux dangers dans le domaine du numérique. La Russie est confrontée à ce problème de jour en jour.

Comptes de Sputnik et RT bloqués

Le 1er septembre, Facebook a annoncé avoir supprimé un groupe de 13 comptes et de deux pages liés à la Russie pour violation de ses règles portant sur la prévention de l'ingérence étrangère.

Fin septembre, Twitter a exclu des résultats de recherche le compte de RIA Novosti. Les internautes non abonnés ne peuvent plus trouver la page de l'agence ni en Russie ni ailleurs. Plus tôt, Twitter avait bloqué de la même façon les comptes de RT et Sputnik.

Lire aussi:

Au moins deux morts et plus d'une dizaine de blessés en Allemagne où une voiture a heurté des piétons - images
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Tags:
censure, Twitter, Google, Facebook, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook