Russie
URL courte
Par
7224414
S'abonner

Introduit en réponse aux sanctions anti-russes après le rattachement de la Crimée, l’embargo visant certains produits alimentaires venant de nombreux pays occidentaux a été prolongé par Vladimir Poutine jusqu’à fin 2021.

Le Président Poutine a signé un décret sur la prorogation des mesures restrictives visant l’Occident jusqu’à la fin 2021. Le document a été publié ce 21 novembre sur le portail officiel des informations juridiques.

Cette décision a été prise pour défendre les intérêts nationaux de la Russie, indique la publication. Le gouvernement a été chargé d’assurer la mise en œuvre des mesures concordantes et, le cas échéant, de proposer une modification de la durée du décret.

L’embargo vise de nombreux produits alimentaires en provenance de l’Union européenne, des États-Unis, de l’Australie, du Canada et d’autres pays. Plus tard, l’interdiction s’est étendue à l’Albanie, au Monténégro, à l’Islande, au Liechtenstein et à l’Ukraine.

Il est interdit d’importer de la viande et des produits dérivés de celle-ci, du poisson, des fruits de mer, des légumes, des fruits et des produits laitiers de ces pays.

L’origine de ces contre-sanctions

La Russie a introduit ces sanctions en août 2014 en réponse aux mesures restrictives des pays occidentaux dirigées contre elle après que la Crimée avait réintégré le pays suite à un référendum organisé le 16 mars 2014. 96,77% des habitants de la péninsule ont voté pour le rattachement. L'Ukraine ne reconnaît pas les résultats du vote et continue à considérer ce territoire comme le sien.

En septembre, l’Union européenne a prolongé jusqu’à mi-mars 2021 le régime de sanctions individuelles. La mesure cible des organismes et des personnalités qui menacent la souveraineté de l’Ukraine, selon l’UE. Il s’agit de l’interdiction de déplacements et du gel des avoirs visant 175 personnes et 44 entités.

Lire aussi:

Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Tags:
Russie, Crimée, Vladimir Poutine, sanctions, embargo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook