Russie
URL courte
Par
Retour d'Alexeï Navalny en Russie (24)
152515
S'abonner

Ils sont environ 4.000, selon la police de Moscou, à participer ce 23 janvier à la manifestation organisée en soutien à Alexeï Navalny dans la capitale russe. Covid-19 oblige, des agents leur distribuent des masques pour faire face à la propagation de la maladie.

Venus à l’appel de sympathisants du blogueur Alexeï Navalny à une action non concertée avec les autorités de Moscou et ce, pour cause de la situation sanitaire, les participants se voient distribuer des masques par des policières.

La police a annoncé que l’action sur la place Pouchkine rassemblait quelque 4.000 personnes. Des interpellations ont été effectuées, mais le nombre exact d’arrestations n’a pas été précisé pour le moment.

Les forces de l’ordre rappellent par haut-parleur que la tenue de la manifestation n’a pas été approuvée par les autorités de la ville et exhortent les manifestants à ne pas oublier les gestes barrières.

Une manifestation non autorisée

Les sympathisants du blogueur Alexeï Navalny ont diffusé plus tôt sur le Web des appels à organiser le 23 janvier des mobilisations non concertées pour le soutenir. Le ministère de l'Intérieur a rappelé la responsabilité de chacun dans les appels et la participation à de telles actions. Le parquet général a pour sa part exigé de limiter l'accès aux sites avec ces appels.

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a précédemment déclaré qu’il s’agissait d’«appels à participer à des événements non autorisés. C’est pourquoi il est tout à fait logique qu’il y ait des avertissements mettant en garde contre les conséquences du non-respect de la loi», a-t-il noté.

Dossier:
Retour d'Alexeï Navalny en Russie (24)

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
masques, manifestation, Moscou, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook