Russie
URL courte
Par
2534
S'abonner

Des inconnus ont volé des équipements duu pas de tir du cosmodrome de Baïkonour, utilisé à l’époque soviétique notamment pour lancer la navette Bourane. L’opérateur de l’infrastructure a annoncé avoir ouvert une enquête.

Des investigations sont en cours au cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, après que des équipements y ont été volés sur un pas de tir utilisé pendant les années 1980, a annoncé ce mardi 2 mars à Sputnik le Centre d’exploitation des sites de l’infrastructure terrestre (TsENKI), opérateur des cosmodromes russes de Baïkonour et Vostotchny.

«À l’heure actuelle, le département du ministère russe de l’Intérieur pour le site de Baïkonour mène une enquête pour établir les circonstances du vol et les personnes qui y sont impliquées», a indiqué le service de presse du TsENKI.

Des inconnus ont mis la main sur des métaux précieux

La chaîne de télévision russe Ren TV a annoncé ce 2 mars la disparition de plusieurs composants radio contenant des métaux précieux et des terres rares au cosmodrome de Baïkonour.

Les composants en question avaient été vus pour la dernière fois le 1er février sur le pas de tir n°110. Le 19 février, ils n’étaient plus à leur place et la porte d’entrée du bâtiment n°3 du pas de tir avait été forcée.

Selon la chaîne, le service de sécurité du TsENKI chargé de protéger le cosmodrome a alerté la police. Une procédure pénale a été ouverte.

Pas de tir historique n°110

Le pas de tir n°110 a initialement été conçu pour la fusée lourde soviétique N-1 et devait permettre de mettre en orbite une station orbitale lourde en vue d’assembler un vaisseau spatial pour des vols vers Vénus et Mars. Cependant, plus tard, il a été adapté pour les tirs de la navette Bourane dans le cadre du programme Energuia-Bourane.

En 1988, il a servi à lancer une fusée Energuia avec la navette Bourane. Il n’est plus exploité depuis une trentaine d’années.

Selon les médias, le pas de tir est protégé par une clôture en fil de fer barbelé longue d’environ 6 kilomètres et haute de quelques deux mètres. Il n'est pas équipé d'une alarme. Les gardes de trois postes installés à l’intérieur surveillent son territoire. De plus, une unité spécialisée de la police le protège à l'extérieur.

La Russie loue le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan depuis l’effondrement de l’URSS. Le contrat actuel expire en 2050.

Deuxième site sous haute protection à être cambriolé en quelques mois

Le 10 décembre, le ministère russe de l’Intérieur avait annoncé que des équipements radio pour un montant d’un million de roubles (plus de 11.000 euros) avaient été volés sur un avion dit du Jugement dernier, un Iliouchine Il-80 en maintenance au Centre aéronautique Beriev, à Taganrog.

Plus tard, le Consortium aéronautique unifié (OAK) russe a précisé qu’il s’agissait d’équipements non essentiels, les appareils spéciaux ayant été retirés de l’avion de commandement stratégique après son arrivée au Centre Beriev.

Le voleur présumé a été arrêté le 4 janvier. Le tribunal de Taganrog a autorisé sa détention provisoire jusqu'au 4 mars, puis jusqu’au 5 juin, selon son avocate, Olga Boïarkina.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
Bourane, métaux précieux, terres rares, cambriolage, Baïkonour
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook