Russie
URL courte
Par
1321
S'abonner

Le centre Gamaleïa, qui a développé le vaccin Spoutnik V, a indiqué qu’il était efficace contre la souche britannique du Covid-19. L’étude sur la protection contre d’autres variants est toujours en cours, avec des résultats attendus prochainement.

Mardi 16 mars, Alexandre Guinzbourg, directeur du centre moscovite Gamaleïa, a affirmé que le vaccin russe Spoutnik V protégeait bel et bien contre le variant anglais du Covid-19.

«À ce jour, il a été vérifié expérimentalement, y compris dans les laboratoires de notre institut, que le Spoutnik V (…) neutralise parfaitement le variant britannique de l'agent pathogène Covid-19», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse en ligne.

Les résultats sur les autres variants, notamment brésilien et sud-africain, devraient être annoncés dans une à deux semaines. La présence de cas de variants britannique et sud-africain a été confirmée en Russie par l’agence sanitaire russe.

Quid des autres vaccins?

Début février, l’université d’Oxford avait indiqué que le vaccin d’AstraZeneca était lui aussi efficace contre le variant britannique «malgré une quantité moins élevée d'anticorps neutralisants». Il ne serait toutefois efficace qu’à 30% sur le sud-africain selon une étude locale, ce qui a poussé l’Afrique du Sud à le suspendre. Les chercheurs n’ont pas précisé son efficacité sur le brésilien.

Du côté de Pfizer et BioNTech, qui se sont basés sur une étude américaine publiée le 19 janvier, leur vaccin est efficace à la fois contre les souches britannique et sud-africaine. Même déclaration pour Moderna le 25 janvier et pour Novavax le 28 janvier concernant ces deux variants.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Tags:
Spoutnik V, étude, Covid-19, efficacité, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook