Russie
URL courte
Par
291054
S'abonner

Les événements francophones en Russie, dont le 14 juillet, ne se conçoivent pas sans la voix de Daria Davidova, qualifiée par Le Figaro de «plus française des chanteuses russes». Pour Sputnik, elle aborde les liens «incontournables» franco-russes, consolidés par des échanges culturels et économiques qui s’inscrivent dans le temps long.

Sa voix a accompagné cet automne la cérémonie d’inhumation des restes de 155 soldats français de Napoléon III à Sébastopol, en Crimée. Après ses débuts au théâtre du Bolchoï, la cantatrice russe Daria Davidova, proche des marques Dior et Piaget, s’est produite sur des scènes internationales, comme à Paris, mais aussi à Cannes dans le cadre de la Régate royale ou encore pendant le festival de l’art russe à Deauville.

Le Figaro lui a en effet attribué le titre de «plus française des chanteuses russes». Depuis 2017, elle interprète la Marseillaise dans le cadre de la fête nationale à Moscou organisée annuellement par l’ambassade de France et l'Institut Français de Russie.

«Les échanges culturels et les projets communs permettent de détruire les mythes et les stéréotypes que les deux pays [la Russie et la France] ont l’un envers l’autre. [...] Plus je communique avec mes amis, mes collègues et mes abonnés, plus je suis persuadée qu’une relation politique détériorée ne peut résumer les liens profonds entre nos peuples», confie-t-elle au micro de Sputnik.

Daria Davidova avec l'ex-ambassadrice de France en Russie, Sylvie Bermann, et le président de la CCI France Russie, Associé EY, Emmanuel Quidet

Notre rencontre se fait lors de la présentation de son dernier album «Le Meilleur des chansons russes folkloriques, romances et arias d’opéra» à Moscou. Accompagnée par les sons envoûtants d’un gousli, un ancien instrument russe, cette soirée exceptionnelle est organisée par l’agence de voyage franco-russe Tsar Voyages pour les publics français et russe. Daria Davidova en est convaincue, ce salon de musique authentique avec une atmosphère d’antan «contribue à consolider la relation» entre les deux pays.

«La Russie et la France ont des liens incontournables. Différents événements ont construit l’histoire et une expérience commune qui finissent pas nous unir», estime la cantatrice.

Inhumation des restes de soldats français

Revenant sur l'inhumation de soldats de Napoléon III dans le cimetière français de Sébastopol, un événement qui a eu lieu en octobre mais sans la participation du moindre représentant français, Daria Davidova partage son ressenti:

«C’était un grand honneur pour moi d'interpréter la Marseillaise en Crimée, autour d’un événement international, amical, avant tout, politiquement neutre, mais, du point de vue historique, basé sur le respect mutuel de la mémoire de ceux morts au champ d’honneur, de ce qui nous lie.»

En participant à cette commémoration historique, Daria Davidova tient à mettre en valeur la durée des relations entre la France et la Russie, qui se mesure en siècles et depuis presque un millénaire en comptant le mariage de la princesse Anne de Kiev (de la Rus’ de Kiev) et Henri Ier, roi des Francs, qui date de 1051.

Projets à venir

Alors que les concerts reprennent au fur et à mesure en Russie, Daria Davidova dévoile sa coopération à venir dans la capitale russe avec la flûtiste suisse Sofia de Salis, mais aussi une coopération franco-russo-suisse avec l’opéra du musicien suisse Richard Dubugnon intitulé «La Demande en mariage». Celui-ci sortira le plus probablement en 2022 et sera présenté à Moscou et à Paris.

Daria Davidova prévoit également de poursuivre sa collaboration avec l’agence franco-russe Tsar Voyages, avec qui elle souhaite mettre en place des prestations dans des endroits emblématiques de l'histoire russe qui permettront d’effectuer des voyages dans le temps.

Lire aussi:

Bracelet électronique et alerte sonore: ces outils étudiés par des sénateurs pour endiguer toute prochaine pandémie
Pass sanitaire: Bilan après la première semaine de mise en application
Ils jouent les secouristes pour voler le portable d’une femme qui fait un malaise à Bordeaux
Tags:
opéra, chanson, Sébastopol, Napoléon III, Crimée, Sylvie Bermann, Pierre Lévy, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook