Russie
URL courte
Par
301609
S'abonner

Morue, sarrasin russes… ces produits font leur apparition sur le marché français. Le Centre d’exportation russe informe également dans une interview à Sputnik que les bus électriques produits par Bolloré seront montés avec des châssis et des carrosseries fabriqués en Russie.

La pandémie a changé la dynamique des exportations internationales. Depuis 2020, des produits en provenance de Russie ont fait leur apparition sur le marché français comme la morue ou le sarrasin pour une valeur de respectivement 2,2 millions de dollars et 500.000 dollars.

Les matériaux ne sont pas en reste: la multinationale de transport Bolloré utilise désormais des châssis et des carrosseries russes pour produire ses bus électriques en France.

Veronika Nikichina, la directrice générale du Centre d’exportation russe, revient sur les chiffres de l’année 2020. Au premier semestre, les exportations non énergétiques de la Russie vers la France ont diminué de 20% du fait de la pandémie, pour atteindre un montant de 758 millions de dollars à la fin de l’année.

Des nouveautés russes sur le marché français

En 2020, l’usine Bakulin Motors Group LLC –de la région de la ville de Vladimir (qui fait partie de la holding Volgabus)– a signé un contrat avec la multinationale française de transport Bolloré pour la fourniture de carrosseries et de châssis de bus.

«La Russie a commencé à fournir des carrosseries et des châssis pour les bus à moteur électrique pour un montant d’environ 3 millions de dollars. Bolloré produira ses bus électriques en France à partir de ces matériaux», explique Veronika Nikichina.

La holding Volgabus a remporté l’appel d’offres pour ce contrat. Elle fait partie du top 3 des fabricants d’équipements de bus en Russie, à la fois en matière de «rapport qualité-prix et grâce à une approche flexible de la conception et de la production pour les clients de petite et moyenne taille», précise la directrice du Centre d’exportation russe.

«Le projet de Volgabus a reçu le soutien du Centre d’exportation russe pour la certification internationale et l’homologation des produits d’exportation, ce qui a permis de créer un produit répondant aux exigences du client français», poursuit-elle.

Malgré une baisse générale d’environ 300 millions de dollars des exportations vers la France, certains produits ont sensiblement augmenté leur présence sur le marché français.

«Dans le top 3 des progressions, on trouve à la première place l’aluminium et ses alliages (+13,3%), le tourteau [hors soja, NDLR] (+8,4%) et l’alimentation animale (+6,7%).»

Un cinquième des sacs d’emballage russes destiné au marché français

Les sacs d’emballage font également partie des produits non énergétiques leaders du marché. Un cinquième de la production russe est destiné au marché français.

«En Europe, avec l’aide des associations de fabricants d’emballages (y compris la Fédération européenne de l’emballage souple), il a été décidé de classer les emballages pour les industries (produits, phares, agriculture) en tant que fournitures clés et de mettre en évidence des couloirs verts [facilitant la procédure de franchissement des frontières, NDLR] lors du passage des frontières intérieures de l’Union européenne», détaille Veronika Nikichina.

Les exportations non énergétiques de la Russie vers la France sont relativement stables: au cours des six dernières années, elles se sont élevées à environ un milliard de dollars par an. Même si la donne a changé en 2020, les trois premiers mois de 2021 ont retrouvé la même dynamique.

La France fait partie des importants partenaires commerciaux de la Russie pour un chiffre d’affaires commercial de l’ordre de 15 à 17 milliards de dollars (pour les trois dernières années), à la 12e place avec une part de 2 à 2,5%.

Lire aussi:

La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Cas de thrombose: les USA préconisent une pause dans l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson
Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook